Etats-Unis : la Cour suprême valide une méthode d'exécution controversée

Le service METRONEWS
Publié le 30 juin 2015 à 8h20
Etats-Unis : la Cour suprême valide une méthode d'exécution controversée

PEINE DE MORT - Cinq juges contre quatre ont donné leur feu vert, lundi aux exécutions avec du midazolam. Un sédatif décrié, accusé de ne pas endormir suffisament les condamnés avant l'injection d'un produit létal.

Ainsi vont les décisions de la Cour suprême américaine. Quelques jours après sa décision, qualifiée d’historique, de légaliser le mariage gay sur l’ensemble du territoire, la plus haute instance judiciaire des États-Unis a validé, lundi, les exécutions par injection d'une substance controversée : le midazolam.

À LIRE AUSSI >> La Cour suprême des États-Unis légalise le mariage gay dans tout le pays

Un sédatif très décrié

Par 5 voix contre 4, les juges de la Cour suprême ont débouté "trois condamnés dans le couloir de la mort de l’Etat de l’Oklahoma qui voulaient faire interdire un des ingrédients utilisés dans les injections létales risquant de leur faire subir des souffrances intolérables", rapporte The New York Times . Depuis plusieurs mois, le midazolam, un sédatif utilisé lors de l’application de la peine de mort, est décrié et mis en cause dans plusieurs exécutions qui auraient mal tourné et causé des souffrances aux condamnées, notamment celle de Clayton Lockett, l'an dernier.

EN SAVOIR + >> États-Unis : le condamné à mort agonise pendant 45 minutes

L’utilisation et la polémique autour du midazolam sont récentes aux États-Unis, et font suite à la rupture des stocks de barbituriques utilisés auparavant. Depuis plusieurs mois, des fabricants européens se refusent à fournir l'anesthésiant le plus courant, le pentobarbital, pour des exécutions humaines.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info