Le candidat démocrate Joe Biden accusé d’agression sexuelle par une ancienne collaboratrice

Antoine Llorca
Publié le 13 avril 2020 à 13h24
Le candidat démocrate Joe Biden accusé d’agression sexuelle par une ancienne collaboratrice

Source : SAUL LOEB / AFP

ACCUSATION – Une ancienne collaboratrice de Joe Biden l’accuse d’agression sexuelle, à l’époque où il était sénateur du Delaware. L’équipe du candidat dément ces accusations.

Dans les années 90, Tara Reade a travaillé avec Joe Biden, lorsque celui-ci était sénateur du Delaware, un état de l’est du pays. Aujourd’hui, elle l’accuse de l’avoir agressée sexuellement à cette période. Après l’avoir visé une première fois en 2019 avec sept autres femmes, parlant à l’époque de "contacts inappropriés", cette ancienne collaboratrice a déposé jeudi 9 avril une plainte à Washington, selon l’agence AP, à l’encontre du candidat démocrate.

Une agression présumée remontant à 1993

Tara Reade raconte au New York Times que Joe Biden l’aurait agressé en 1993, la coinçant contre le mur d’un bâtiment du Sénat et passant sa main sous ses vêtements pour la pénétrer avec ses doigts. Cette dernière, âgée de 29 à l’époque, explique qu’aucun témoin n’a assisté à son agression mais l’avoir racontée à un ami. Au journal, celui-ci a assuré de manière anonyme se souvenir de cette confidence.  

L’ancienne assistante de Joe Biden, embauchée en décembre 1992 selon le New York Times, affirme également avoir déposé plainte au Sénat l’année de son agression mais n’avoir jamais retrouvé de trace de celle-ci. 

Lire aussi

Une fausse accusation, selon son équipe de campagne

L’équipe de campagne du candidat, elle, nie ces allégations en bloc. "Le vice-président Biden a consacré sa vie publique à changer la culture et les lois concernant les violences faites aux femmes. (…) Ce qui est clair à propos de cette affirmation : elle est fausse. Cela ne s’est absolument pas produit", a déclaré la directrice adjointe de la campagne du démocrate, dans un communiqué transmis aux rédactions du New York Times et du Washington Post.  

Sollicitées par le New York Times, les sept autres victimes présumées du candidat ont affirmé croire à la version de Tara Reade mais qu’elles n’avaient pas de nouveaux éléments à ajouter. L’an dernier, Joe Biden avait reconnu les accusations de ces femmes, assurant que ses intentions étaient bénignes et promettant d’être "plus attentif et respectueux" à l’avenir, rapporte le journal américain. 

Désormais seul candidat démocrate en lice depuis l’abandon de Bernie Sanders, Joe Biden a été déclaré vainqueur de la primaire en Alaska samedi 11 avril au soir. Le candidat et ancien vice-président s’attend désormais à recevoir le soutien de Barack Obama, qui lui donnerait un écho certain dans cette campagne totalement à l'arrêt en raison de l’urgence sanitaire actuelle.  


Antoine Llorca

Tout
TF1 Info