Biden et Harris à la Maison Blanche

États-Unis : Joe Biden veut une réforme immédiate des ventes d'armes à feu

TG avec AFP
Publié le 15 février 2021 à 8h22
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

JUSTICE - Le président américain Joe Biden a appelé dimanche le Congrès à agir "maintenant" pour limiter la circulation des armes à feu aux États-Unis.

Joe Biden parviendra-t-il à résoudre une équation insoluble pour ses prédécesseurs ? Le nouveau président américain a appelé dimanche le Congrès à agir "maintenant" pour limiter la circulation des armes à feu aux États-Unis. Reste à convaincre les sénateurs républicains pour porter un coup de canif au second amendement de la Constitution, source de conflit depuis des années. 

"Mettre fin à l'immunité des fabricants d'armes"

"Nous allons promulguer ces lois et d'autres lois qui sauveront des vies", a immédiatement indiqué Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, promettant d'"amener les avancées qu'exigent et méritent les habitants de Parkland et le peuple américain".

Les démocrates auront-ils les moyens de leurs ambitions ? Car s'ils détiennent désormais une très courte majorité au Sénat, ils auront besoin d'au moins dix républicains pour faire adopter ces lois. Ce qui semble actuellement difficile. Mais Joe Biden, lui, y croit. Le président, selon lequel il faut "mettre fin à l'immunité des fabricants d'armes qui mettent des armes de guerre dans nos rues en toute connaissance de cause", s’était déjà emparé de ce sujet brûlant durant la campagne. 

Un "droit du peuple" à porter des armes

Dans son viseur ? Les fusils d'assaut, interdits de 1994 à 2004 aux États-Unis. Cette mesure "avait rendu notre pays manifestement plus sûr", avait écrit Joe Biden en août 2019. "Et si je suis élu président, nous les adopterons à nouveau, et cette fois nous les rendrons encore plus dures", avait promis le démocrate, notamment en s'assurant que les fabricants ne puissent pas contourner l'interdiction en apportant des "petites modifications".

Aux États-Unis, un adulte sur trois possède au moins une arme à feu et une large partie de la population est très attachée au second amendement de la Constitution. Le texte mentionne en effet un droit "du peuple" de détenir et porter des armes. 

Ces dernières sont particulièrement meurtrières dans le pays : les balles ont tué près de 40.000 personnes en 2017, suicides inclus.


TG avec AFP

Tout
TF1 Info