Joe Biden a appelé vendredi les électeurs à voter aux prochaines législatives pour contrer une Cour suprême "hors de contrôle".
Un discours pugnace, cependant marqué par un couac…

"Fin de citation. Répétez la phrase." Critiqué pour sa timide défense du droit à l'avortement, Joe Biden a appelé vendredi 8 juillet les électeurs à voter en masse aux prochaines législatives pour contrer une Cour suprême "hors de contrôle". Une prise de parole solennelle, mais néanmoins d'une gaffe comme seul le président américain en a le secret.

S'adressant au peuple américain depuis la Maison Blanche, le président a tenu un bref discours. Ce dernier était lu sur un prompteur, puisque Joe Biden a prononcé des consignes qui apparaissaient sur ce dernier : "End of the quote. Repeat the line" ("Fin de citation. Répétez la ligne").  Interrogé après l'intervention du président, l'attaché de presse adjoint de la Maison Blanche a tenté d'éteindre le buzz, assurant que Joe Biden avait dit "laissez-moi répéter cette ligne" et non "répéter la ligne".

Une Cour suprême "hors de contrôle"

Au-delà de cette bourde, le discours du chef de l'État a surtout été l'occasion pour lui de lâcher ses coups contre la Cour suprême "hors de contrôle", qui a mis fin au droit constitutionnel à l'avortement dont bénéficiaient toutes les Américaines depuis 1973, et contre les positions "radicales" du parti républicain.

"C'est maintenant le moment ... de protéger la nation d'un projet extrémiste", qui pourrait remettre en cause aussi le droit à la contraception ou le mariage pour tous, a dit Joe Biden. Le démocrate de 79 ans s'est aussi vivement ému du sort, rapporté par la presse, d'une fillette de 10 ans, enceinte suite à un viol, et forcée de quitter son Etat, l'Ohio, pour interrompre la grossesse. "10 ans, 10 ans", a-t-il répété, lançant : "Mettez-vous à la place de cette petite fille !"


TG

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info