Huit États américains enquêtent sur les effets "néfastes" de TikTok sur les enfants

Marius Bocquet avec AFP
Publié le 3 mars 2022 à 6h19
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sept à huit life

Une coalition de huit États américains ont lancé une enquête contre l'application Tiktok.
Les autorités reprochent à l'entreprise d'encourager les enfants à y passer de plus en plus de temps.
Mais face au pouvoir grandissant de ce type de plateforme, élus et procureurs sont impuissants.

Tiktok nuit-il à la santé mentale des enfants ? Une coalition de huit États américains, dont la Californie et la Floride, ont annoncé mercredi 2 mars le lancement d'une enquête sur la très populaire application, connue pour ses vidéos courtes, musicales ou parodiques, habilement sélectionnées par des algorithmes en fonction des goûts des utilisateurs. 

Les États américains veulent examiner les "techniques utilisées par TikTok pour encourager les jeunes" à passer plus de temps sur l'application, à réagir aux contenus et interagir avec les créateurs, ont-ils indiqué dans un communiqué mentionnant la Californie, la Floride, le Kentucky, le Massachusetts, le Nebraska, le New Jersey, le Tennessee et le Vermont.  

TikTok a réagi à l'annonce de l'enquête en promettant de "fournir des informations sur les nombreux mécanismes de sécurité et de protection de la vie privée que nous avons pour les adolescents", a indiqué un porte-parole. "Nous sommes très soucieux de construire une expérience favorable au bien-être de notre communauté, et nous apprécions que les procureurs généraux se concentrent sur la sécurité des plus jeunes utilisateurs", a-t-elle ajouté.

Les autorités en manque de solutions

Cette investigation fait suite à celle menée par de nombreux procureurs généraux sur Meta, la maison mère de Facebook. Ils reprochent au géant des réseaux sociaux de promouvoir Instagram auprès des plus jeunes et d'avoir ignoré des rapports internes sur les souffrances que peut susciter l'application, d'après des documents révélés à l'automne par la lanceuse d'alerte Frances Haugen.

Lire aussi

En septembre, Instagram a suspendu le développement de sa version destinée aux moins de 13 ans. Mais de manière générale, les remontrances et accusations des élus et procureurs ont eu peu de conséquences tangibles sur les entreprises concernées. Les autorités américaines ont eu beau durcir le ton ces dernières années contre les grandes plateformes qui ont accumulé d'immenses pouvoirs économiques et politiques, elles manquent de solutions concrètes et rapides, étant donné les délais dans les tribunaux ou les contraintes pour faire passer de nouvelles lois.


Marius Bocquet avec AFP

Tout
TF1 Info