Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Un an après la mort de George Floyd, Minneapolis lui rend hommage

CQ
Publié le 24 mai 2021 à 8h57
Le 23 mai 2021, dans les rues de Minneapolis (États-Unis)

Le 23 mai 2021, dans les rues de Minneapolis (États-Unis)

Source : KEREM YUCEL / AFP

MARCHE - Le 25 mai 2020, l’Afro-Américain George Floyd mourrait étouffé par un policier, lors d’une interpellation. Les commémorations ont débuté dimanche 23 mai dans les rues de Minneapolis.

Dimanche 23 avril, 1500 personnes ont marché à travers la ville de Minneapolis, au nord des États-Unis, en hommage à George Floyd presque un an après sa mort. La manifestation a été lancée à 16h devant le bâtiment où l’ancien policier Derek Chauvin a été reconnu coupable de meurtre le 20 avril dernier et où trois autres anciens officiers doivent être jugés l’an prochain. Avant d’entamer la marche de commémoration, plusieurs des frères et sœurs de George Floyd ont prononcé des discours, ainsi que l’avocat Ben Crump, figure de défense des victimes afro-américaines de violences policières. "L’année a été longue. Ce fut une année douloureuse", a notamment confié Bridgett Floyd, expliquant ne toujours pas savoir pourquoi son frère aîné était mort. 

Bridgett Floyd, la sœur de George Floyd, prononce un discours avant la marche de dimanche 23 mai.
Bridgett Floyd, la sœur de George Floyd, prononce un discours avant la marche de dimanche 23 mai. - KEREM YUCEL / AFP

Le 25 mai 2020, cet Afro-Américain de 46 ans n’a pas survécu à une interpellation menée par quatre policiers à Minneapolis, sa ville du Minnesota. Arrêté car soupçonné d’avoir écoulé un faux billet de 20 dollars, George Floyd est mort par asphyxie, après que le policier Derek Chauvin a maintenu son genou sur son cou pendant dix longues minutes. Sa mort a donné lieu à des marches dans tout le pays sous la bannière "Black Lives Matter" ("Les vies des Noirs comptent") et a suscité une émotion qui a fini par gagner le monde entier. En France par exemple, cet événement a relancé les circonstances de la mort d’Adama Traoré en 2016, à la gendarmerie dans le Val d'Oise, peu de temps après son arrestation. "Ce qui est arrivé à George Floyd, ainsi qu’à tant d’autres, est à l’origine d’un changement non seulement à travers l’Amérique mais aussi dans le monde", a d’ailleurs assuré le révérend Al Sharpton, célèbre militant des droits civiques aux États-Unis, à la tribune dimanche.

Lire aussi

D’autres commémorations sont attendues ces prochains jours et en particulier mardi, jour anniversaire du meurtre de George Floyd et où le président Joe Biden doit accueillir sa famille à la Maison Blanche. À l'intersection où George Floyd est mort, une veillée est notamment prévue mardi soir. Si la ville de Minneapolis est toujours marquée par des violences et des agressions, un an après, des évolutions se font sentir dans le pays. Comme le rapporte l’agence Associated Press, au moins 17 États, dont le Minnesota, ont adopté une législation visant à interdire ou restreindre la prise d’étranglement, technique de maintien de l’ordre ayant coûté la vie à George Floyd. Avant le 25 mai 2020, seuls deux États interdisaient cette pratique : le Tennessee et l’Illinois. 


CQ

Tout
TF1 Info