Exclue du KFC à cause de son visage défiguré : la famille aurait tout inventé

Publié le 24 juin 2014 à 17h07
Exclue du KFC à cause de son visage défiguré : la famille aurait tout inventé

ETATS-UNIS - La mésaventure de la fillette congédiée d'un fast-food en raison des cicatrices sur son visage n'est rien d'autre qu'un mensonge inventé par la famille. Un canular qui aurait pu lui rapporter gros.

L'histoire avait ému bien au-delà des frontières américaines. Une fillette aurait été chassée d'un fast-food du Mississippi, dans le sud-est des Etats-Unis, en raison des cicatrices qui défigurent son visage. Mais en fait, il n'en était rien. Après avoir enquêté, KFC, la chaîne mise en cause, a découvert que la famille ne s'est jamais rendue dans ce restaurant. Son histoire a donc été inventée de toute pièce.

Tout commence en avril dernier. Victoria Wilcher, âgée de 3 ans, est sauvagement attaquée par trois pitbulls : mâchoire fracturée, paralysie du côté droit du visage et perte d'un oeil. La famille lance alors un appel aux dons. Une page Facebook dédiée à l'enfant, intitulée "Les victoires de Victoria", est créée afin de récolter suffisamment d'argent pour financer la reconstruction de son visage. C'est alors que quelques semaines plus tard, les proches de la fillette disent avoir été mis à la porte d'un restaurant KFC, parce que les cicatrices de l'enfant auraient incommodé les clients de l'établissement.

Elles ne se sont jamais rendues dans le restaurant incriminé

L'émotion est immédiate, nationale, et les internautes se mobilisent. La cagnotte pour les soins de l'enfant, qui plafonnait à 600 dollars, grimpe à plus de 135.000 dollars. Un chirurgien esthétique de Las Vegas propose même d'opérer la fillette gratuitement. KFC présente ses plus "sincères excuses", s'engageant à faire un don de 30.000 dollars à la famille de Victoria pour aider à couvrir les frais médicaux. Et annonce l'ouverture d'une enquête. "Nous n'avons aucune tolérance pour aucune sorte de comportement irrespectueux de la part de notre personnel. Quand nous aurons plus de détails, nous prendrons des mesures, et n'espérons rien d'autre que le meilleur pour Victoria dans sa convalescence", se défend alors la chaîne de restauration rapide.

Mais justement, après enquête, la version initiale de l'exclusion de la fillette semble de moins en moins crédible. Aucune trace de l'enfant et de sa grand-mère sur les images de vidéosurveillance du restaurant où elles étaient censées avoir déjeuné. Pas de ticket de caisse non plus correspondant à leur commande : de la purée de pomme de terre et un thé sucré. "A ce stade, leur histoire est pleine de trous. Toute personne qui suit le déroulé des évènements peut le voir. L'évènement chez KFC ne s'est jamais produit", affirme désormais le groupe.

La vérité ne sera pas connue avant la semaine prochaine, avec les résultats de l'enquête officielle. La famille, qui ne souhaite pas s'exprimer, n'a pas encore décidé si elle accepterait ou non le don de KFC. Mais le restaurant s'est quant à lui dores et déjà engagé à honorer son don, que l'incident ait eu lieu ou non.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info