Explosion dans un hôpital de Gaza : le bilan mis en doute par un responsable du renseignement européen

par Benoît LEROY
Publié le 18 octobre 2023 à 22h56

Source : TF1 Info

Le bilan de l'explosion qui a touché un hôpital de Gaza serait de quelques dizaines de morts, selon un responsable d'un service de renseignement européen.
Cette source indique qu'"aucun élément ne corrobore" la présence de centaines de personnes près de l'hôpital.
Le Hamas a évoqué, pour sa part, un bilan de plus de 470 morts.

Une nouvelle version des faits. Selon le responsable d'un service de renseignement européen, l'explosion meurtrière dans un hôpital de Gaza aurait causé la mort de "quelques dizaines" de personnes et non des centaines. "Il n'y a pas 200 voire 500 morts, mais plutôt quelques dizaines, probablement entre 10 et 50", a affirmé cette source à l'Agence France-Presse sous couvert d'anonymat.

Par ailleurs, cette même source juge qu'"Israël n'a probablement pas fait ça", d'après les "pistes sérieuses" de renseignement dont ses services disposent. Mercredi midi, le ministère de la Santé du Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, évoquait un bilan de 471 morts.

"Le bâtiment n'a pas été détruit", a ajouté cette source européenne. "L'hôpital avait probablement été évacué précédemment, comme tout un tas d'hôpitaux situés dans le nord de Gaza", après l'injonction en ce sens de l'armée israélienne, souligne-t-il. Celui-ci assure par ailleurs qu'"aucun élément ne corrobore" le fait que des centaines de personnes se trouvaient sur le parking où s'est produit l'explosion. 

"Il y a pas mal de roquettes qui ont des incidents de tir"

Palestiniens et Israéliens se rejettent mutuellement la responsabilité du drame. Le Hamas a immédiatement dénoncé une frappe israélienne. Israël a de son côté démenti être à l'origine du tir, attribuant celui-ci à un lancement de roquette raté du groupe armé palestinien Jihad islamique, allié du Hamas. "Il y a pas mal de roquettes qui ont des incidents de tir", a fait valoir mercredi soir ce haut responsable européen du renseignement. 

Les États-Unis ont invoqué mercredi leur propre renseignement pour soutenir, y compris par la voix de leur président Joe Biden, en visite en Israël, que l'État hébreu était hors de cause. 

"Nous continuons à rassembler des informations, mais notre position aujourd'hui, fondée sur l'analyse d'images aériennes, de communications interceptées et d'information en accès libre, est qu'Israël n'est pas responsable de l'explosion survenue à l'hôpital de Gaza", a déclaré Adrienne Watson, porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, sur le réseau social X (ex-Twitter).


Benoît LEROY

Tout
TF1 Info