Affaire libyenne : Sarkozy mis en examen

Financement libyen de la campagne de 2007 : Takieddine retire ses accusations contre Sarkozy

Léa LUCAS avec AFP
Publié le 11 novembre 2020 à 20h13
JT Perso

Source : TF1 Info

FINANCEMENT ILLEGAL - L'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, accusateur de Nicolas Sarkozy dans l'affaire du financement libyen de sa campagne présidentielle en 2007, a retiré ses accusations dans une vidéo diffusée ce mercredi. L'ancien président s'est félicité que "la vérité éclate enfin".

L'un des principaux témoins à charge contre l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, dans l'enquête sur des soupçons de financement libyen, change de version. Dans un document dévoilé par Paris-Match et BFMTV, Ziad Takieddine le dédouane, en effet, de toute responsabilité et nie tout financement venant de l'ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. 

"Je confirme que ceci n'est pas vrai, dit-il face caméra, alors qu'il est en fuite à Beyrouth après avoir été condamné en France en juin dernier dans l'affaire Karachi. M. Sarkozy n'a pas eu un financement libyen pour la campagne présidentielle, ni M. Kadhafi ne pouvait le faire, parce qu'il ne le faisait jamais. Je le dis haut et fort. Or, ce juge Tournaire [l'ancien juge d'instruction en charge du dossier] a bien voulu tourner ça à sa manière et me faire dire des propos qui sont totalement contraires aux propos que je dis ou que j'ai toujours dits." " Il n'y a pas eu de financement présidentiel de M. Sarkozy. Jamais !", assène encore Zaid Takieddine. 

La réaction de Nicolas Sarkozy ne s'est pas fait attendre

Nicolas Sarkozy a rapidement réagi dans un communiqué publié sur Twitter. "La vérité éclate enfin", se félicite-t-il. Celui-ci avait été mis en examen en  mars 2018 pour "recel de détournement de fonds publics", "corruption passive", et "financement illégal de campagne électorale", et depuis mi-octobre pour "association de malfaiteurs".

"Le principal accusateur reconnaît ses mensonges. Jamais il ne m'a remis d'argent, jamais il n'y a eu de financement illégal de ma campagne de 2007", insiste-t-il. 

En novembre 2016, son accusateur avait affirmé avoir remis entre fin 2006 et début 2007 cinq millions d'euros à M. Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, et à son directeur de cabinet Claude Guéant. A plusieurs reprises, ensuite, devant le juge d'instruction Serge Tournaire, l'homme d'affaires a confirmé avoir transporté cet argent libyen. En janvier 2020, devant les successeurs de M. Tournaire, Aude Buresi et Marc Sommerer, Zaid Takieddine n'est pas revenu sur ses déclarations. 

L'ancien chef de l'État indique par ailleurs qu'il va se saisir de son avocat Thierry Herzog pour engager une procédure pour  "dénonciation calomnieuse" contre le Franco-Libanais qui lui a "causé un préjudice considérable" depuis sept ans et demi. 


Léa LUCAS avec AFP

Tout
TF1 Info