Les États-Unis endeuillés par une fusillade lors de la fête nationale

"J'ai vu une fille couverte de sang" : des témoins de la fusillade à Highland Park racontent

LC.
Publié le 4 juillet 2022 à 23h44, mis à jour le 5 juillet 2022 à 0h36
JT Perso

Source : TF1 Info

Au moins six personnes ont été tuées et une vingtaine d'autres blessées dans une fusillade au nord de Chicago.
Un homme a ouvert le feu lors d'un défilé pour la fête de l'indépendance américaine à Highland Park.
Sur place, les témoins racontent les scènes de panique.

Tôt dans la matinée de ce lundi 4 juillet, des centaines de personnes ont pris place sur les trottoirs de Highland Park, au nord de Chicago, pour assister, comme partout dans les États-Unis, au traditionnel défilé de la fête d'indépendance américaine. Mais alors que des fanfares lycéennes défilaient dans les rues, sous un ciel clairsemé, le temps a viré au drame. Peu après 10h15, une rafale de tirs a retenti sur la foule, soufflant un vent de panique dans cette ville paisible.

Des tirs, comme des feux d'artifices

"On a entendu environ 50 coups de feu, on a tous pensé qu'il s'agissait de feux d'artifices", a commenté sur CNN une femme témoin du drame. Et de poursuivre : "À un moment, j'ai vu une fille couverte de sang, je n'avais jamais vu ça", a-t-elle ajouté, décrivant une "mer de panique avec des gens qui tombaient les uns après les autres". Sans réfléchir, "j'ai attrapé mon père et j'ai commencé à courir. Tout d'un coup, tout le monde derrière nous s'est mis à courir", a-t-elle lâché, avouant s'être cachée avec son père, derrière une benne à ordures, avant que la police ne les mette en sécurité.

J'ai mis mon fils dans une benne à ordures pour qu'il soit en sécurité

Alexander, témoin du drame

Non loin de là, Alexander n'a pas non plus réfléchi longtemps, confie-t-il au Chicago Sun-Times. Dès les premiers coups de feu, "j'ai attrapé mon fils et essayé de pénétrer dans l'un des premiers bâtiments", sans y parvenir, raconte-t-il. En continuant de courir, il trouve finalement une ruelle paisible. "J'ai mis mon fils dans une benne à ordures pour qu'il soit en sécurité", précise-t-il, avant d'indiquer s'être mis à la recherche du reste de sa famille, qui retrouvera plus tard dans un fast-food. Sur son chemin, l'homme découvre une marre de sang. "Cela ne devrait arriver nulle part."

Les sièges de campings laissés seuls après la fusillade, non loin de Chicago

Adrienne Drell, journaliste au Sun-Times, regardait également défiler la fanfare d'un lycée lorsqu'un des membres a lancé l'alerte. Effrayée, c'est un témoin du drame qui l'a conduit avec d'autres spectateurs vers un parking pour s'y abriter. "C'était la panique dans toute la ville", a-t-elle confié au Chicago Sun-Times. "On est totalement abasourdis."

Des images diffusées sur les chaînes de télévision ont très vite montré des forces de l'ordre, dont certaines en treillis militaire, circulant dans des rues vides. Les trottoirs y étaient couverts de fauteuils de camping et de poussettes abandonnés.

Lire aussi

Au total, au moins six personnes ont été tuées et 24 autres blessées dans cette fusillade, endeuillant une nouvelle fois les États-Unis après une série de tueries. Le suspect, un homme entre 18 et 20 ans, a pris la fuite après son geste. Il est toujours recherché par la police américaine.


LC.

Tout
TF1 Info