Fusillade à Copenhague : ce que l'on sait du tireur présumé

Maëlane Loaëc (avec AFP)
Publié le 4 juillet 2022 à 15h48
JT Perso

Source : JT 20h WE

Un Danois de 22 ans est suspecté d'être à l'origine d'une fusillade survenue dimanche dans un centre commercial de la capitale danoise, faisant trois morts.
D'après la police, son état mental était fragile : il a été placé lundi en détention provisoire dans une unité psychiatrique spécialisée.
La piste terroriste est pour l'heure écartée.

À ce stade de l'enquête, la police ne dessine pas le profil d'un suspect terroriste, mais plutôt celui d'un jeune homme à la santé mentale fragile. C'est la piste privilégiée pour l'heure pour tenter de comprendre le geste d'un Danois de 22 ans, qui aurait ouvert le feu dimanche en fin d'après-midi dans un centre commercial de Copenhague, faisant trois morts et 30 blessés, dont quatre graves. 

Un tribunal danois a ordonné lundi son placement en détention provisoire dans une unité psychiatrique spécialisée, suite à cette fusillade dans un grand centre commercial, Fields, situé entre le centre-ville de Copenhague et l'aéroport. Après une audience de près de deux heures, le juge chargé du dossier au tribunal de Copenhague a décidé de placer le tireur présumé "dans une unité psychiatrique fermée", a annoncé la police sur Twitter. Un peu plus tôt, il avait été présenté à un juge lundi au tribunal de la ville et y a écouté la lecture de l'acte d'accusation pour meurtres.

L'auteur présumé de l'attaque, dont l'identité est connue, mais pas rendue publique par les médias danois, a publié des vidéos avant la fusillade, dans lesquelles il fait mine de se suicider avec des armes. 

Un suspect "connu pour des antécédents psychiatriques"

Le jeune homme, qui a reconnu être l'auteur des faits selon The Guardian, "est connu pour des antécédents psychiatriques", a déclaré lundi matin l'inspecteur en chef de la police de Copenhague, Søren Thomassen. "Rien n'indique dans ce que nous avons trouvé qu'il s'agisse d'un acte terroriste", a estimé le directeur de l'enquête, selon lequel le tireur a agi seul durant l'attaque. D'après le journal britannique, il aurait précisé que le suspect était connu des services de police, "mais ne l'était pas beaucoup".

L'identité des trois personnes tuées - un homme de 47 ans, un adolescent et une adolescente de 17 ans - ainsi que des blessés d'âges et de sexe différents suggère "qu'il s'agit de victimes choisies au hasard", a-t-il poursuivi. La piste d'une attaque raciste a aussi été écartée : rien "ne peut l’étayer pour le moment", a-t-il ajouté, comme le rapporte Le Monde.

La police a confirmé lundi matin considérer comme authentiques des vidéos du suspect circulant depuis dimanche soir sur les réseaux sociaux. Le tireur présumé y apparaît posant avec des armes, mimant des gestes de suicide avec un fusil et un pistolet dirigés contre sa tempe. Il évoque également un traitement avec un médicament puissant prescrit en psychiatrie "qui ne marche pas"

Ses comptes YouTube et Instagram ont été désactivés dans la nuit, mais les vidéos circulent encore sur d'autres comptes. Selon les médias danois, elles ont été mises en ligne vendredi sur les comptes du suspect. La radiotélévision nationale DR, citant plusieurs sources anonymes, affirme aussi que le jeune homme aurait tenté de joindre une ligne d'aide psychologique juste avant l'attaque, mais sans obtenir de réponse, ce qui n'a pas été confirmé pour l'heure par les autorités.

Le mobile derrière l'attaque encore impossible à déceler

Quant au mobile de l'attaque, la police juge qu'il est trop tôt pour se prononcer, mais qu'elle semble avoir été préparée à l'avance. Le ministre danois de la Justice, Mattias Tesfaye, a aussi indiqué à l'agence de presse danoise Ritzau qu'il était trop tôt pour l'heure pour identifier un mobile, mais que "les autorités font tout ce qu'elles peuvent pour élucider cette affaire et faire en sorte que les responsables puissent être poursuivis pénalement".

Lors de la fusillade, l'assaillant portait un fusil, un pistolet ainsi qu'un couteau, selon la police danoise et des images de témoins. Des armes pour lesquelles il n'avait pas de permis. D'après le tabloïd danois Ekstra Bladet, le suspect serait membre d'un club de tir, ce qui lui aurait permis d'accéder à des armes et des munitions, mais la police n'a pas commenté ces informations.

Lire aussi

Des témoins présents sur place ont aussi apporté quelques détails sur l'apparence du tireur au moment des faits et son mode opératoire. Interrogée par la chaîne danoise TV2, une cliente présente au centre commercial au moment de la fusillade, citée par Le Monde, a décrit un jeune homme "en vêtements sombres, pas très grand", "pas masqué ou quoi que ce soit", qui "porte une arme" et qui "tire juste dans la foule". "Il m’a parlé directement et m’a dit que ce n’était pas réel (…), qu’il tirait, mais que ce n’était pas de vrais coups de feu", a témoigné un autre client, Mahdi al-Wazni, qui est parvenu à filmer l'assaillant. 

Sur les images de sa vidéo, relayé dans quelques médias, celui-ci apparaît avec un gilet noir sans manches et un pantacourt, un fusil à la main. Selon plusieurs médias danois, le jeune homme aurait en effet tenté d'inciter des clients à s'approcher de lui en prétendant que son arme était factice.


Maëlane Loaëc (avec AFP)

Tout
TF1 Info