Gabon : le fils et des proches d'Ali Bongo écroués pour "corruption active"

par C.Q avec AFP
Publié le 20 septembre 2023 à 11h00, mis à jour le 20 septembre 2023 à 14h13

Source : TF1 Info

Des proches d'Ali Bongo, président déchu du Gabon, ont été mis en examen pour"corruption active".
Le 30 août dernier, un coup d'État militaire a renversé la dynastie en place.

Le fils d'Ali Bongo Ondimba, Noureddin Bongo Valentin, et plusieurs proches du cabinet du président gabonais déchu ont été incarcérés et mis en examen le 19 septembre. Ils sont soupçonnés de faits de "corruption active", selon le procureur de Libreville à nos confrères de l'AFP.

Un coup d'État à la télé en pleine nuit

Le fils aîné d'Ali Bongo, l'ancien porte-parole de la présidence, Jessye Ella Ekogha, ainsi que quatre autres personnes ont "été mises en examen mardi et placés en détention provisoire", a déclaré André-Patrick Roponat, procureur de la capitale du Gabon. Le 30 août, juste après l'annonce en pleine nuit de la réélection d'Ali Bongo, au pouvoir depuis 2009, les militaires ont renversé le président en direct à la télévision.

Ils ont notamment accusé son régime de "détournements massifs" de fonds publics. Placé depuis en résidence surveillée, Ali Bongo peut toutefois "se rendre, s'il le souhaite, à l'étranger" pour des raisons médicales. Ce dernier a été affaibli par un grave AVC en 2018, le laissant diminué physiquement. Les autorités militaires, menées par le général Brice Oligui Nguema, ont promis de "remettre le pouvoir aux civils" à l'issue d'une transition dont la durée n'a pas été fixée, après avoir fait adopter "par référendum" une nouvelle Constitution. Celle-ci doit déboucher sur des "élections libres et transparentes". 


C.Q avec AFP

Tout
TF1 Info