Gardiens iraniens tués à Damas : l'Iran accuse Israël et menace de représailles

par Y.R. avec AFP
Publié le 20 janvier 2024 à 22h41

Source : JT 20h WE

L'Iran a accusé, samedi 20 janvier, Tel-Aviv de la mort de cinq Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de Téhéran, lors d'une frappe à Damas, en Syrie.
Cette attaque, attribuée à Israël, "ne restera pas sans réponse de la part de la République islamique d'Iran", a menacé le président iranien, Ebrahim Raïssi.

Téhéran menace Israël. Le président iranien, Ebrahim Raïssi, a prévenu, samedi 20 janvier, que son pays ne laisserait pas "sans réponse" l'attaque ayant entraîné la mort de cinq responsables militaires iraniens en Syrie, imputée à Israël et qu'il a qualifiée de "lâche assassinat". "Je condamne ce lâche attentat (...) Il ne fait aucun doute que la poursuite de tels actes terroristes et criminels (...) ne restera pas sans réponse de la part de la République islamique d'Iran", a-t-il réagi dans un communiqué.

Selon le leader chiite, cette attaque témoigne "de l'échec croissant du régime sioniste illégitime dans la réalisation de ses objectifs maléfiques (...) face aux combattants de l'Axe de la résistance", une alliance hostile à Israël et aux États-Unis qui regroupe autour de l'Iran, le Hezbollah, le Hamas ou les rebelles yéménites Houthis. Le porte-parole de la diplomatie, Nasser Kanani, avait déclaré que l'Iran se réservait le droit de répondre à Israël "au moment et à l'endroit appropriés".

Un haut-gradé des Gardiens parmi les victimes

Le Corps des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, a affirmé que cinq de ses membres avaient été tués dans cette frappe qui a visé samedi un bâtiment à Damas et fait dix morts au total, selon une ONG syrienne. Des médias iraniens ont présenté l'une des victimes comme étant "le général Sadegh Omidzadeh, responsable en Syrie du renseignement pour la Force Qods", la branche des opérations extérieures de l'Iran. Cette information n'a pas été confirmée officiellement.

Dans son communiqué, Ebrahim Raïssi estime que "les récents crimes du régime sioniste usurpateur se déroulent à l'ombre du soutien des pays dominants, des États-Unis à leur tête, et du silence des assemblées mondiales". Pour Nasser Kanani, ils démontrent "l'impuissance" d'Israël "sur le champ de bataille contre les forces de la résistance à Gaza et en Cisjordanie", en référence notamment à la guerre que livre Israël au Hamas dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Les Gardiens de la Révolution avaient mené cette semaine une attaque au Kurdistan irakien contre "un QG" d'où opéraient selon eux les services de renseignement d'Israël, expliquant riposter à des opérations d'élimination de commandants iraniens ou alliés par Israël. Ces frappes ont tué au moins "quatre civils", selon les autorités irakiennes. Fin décembre, Téhéran avait accusé Israël d'avoir éliminé en Syrie le général de brigade, Razi Moussavi, un autre important commandant de la Force Qods.


Y.R. avec AFP

Tout
TF1 Info