SATISFACTION - Les réactions se sont enchaînées après l’annonce, ce mardi 20 avril, du verdict dans l'affaire de la mort de George Floyd. Dans une allocution, le président américain a appelé à l’unité et à la réforme.

Un verdict "trop rare", selon les termes du président américain. Ce mardi 20 avril, Derek Chauvin a été jugé coupable à Minneapolis (Minnesota) du meurtre de George Floyd. Cet homme afro-américain de 46 ans est décédé en mai 2020, asphyxié alors qu'il était plaqué au sol par le policier, depuis démis de ses fonctions. Filmée, son agonie de plus de neuf minutes a rapidement été érigée en symbole des violences policières à l’encontre des minorités.

"Je ne peux plus respirer" : ce sont ses dernières paroles, devenues symboliques, que Joe Biden a reprises dans son allocution solennelle depuis la Maison Blanche, quelques heures après l’énoncé du verdict. "Nous ne pouvons les laisser mourir avec lui, a exhorté le démocrate. Nous devons continuer à entendre ces mots. Nous ne devons pas nous détourner."

Enjoignant à lutter contre un racisme qui "entache" l’âme de l’Amérique, le président, qui avait appelé la famille Floyd avant et après le verdict, a demandé le pays à "se rassembler". "Nous ne pouvons pas nous arrêter là, a-t-il déclaré. Afin d'apporter de véritables changements et réformes, nous pouvons et nous devons faire plus, pour réduire la probabilité qu'une telle tragédie survienne de nouveau."

"Réformer le système"

Le discours de Joe Biden était précédé d’une courte allocution de Kamala Harris. "Nous devons encore réformer le système", a abondé la première vice-présidente noire de l’histoire des États-Unis. "Les Américains noirs, particulièrement les hommes noirs, ont été traités à travers ce pays comme s'ils étaient moins que des hommes", a appuyé l'ex-sénatrice, ajoutant : "Leurs vies doivent être valorisées dans notre système éducatif, notre système de santé, notre système de logement, notre système économique, notre système judiciaire. Dans notre nation. Point final."

Après trois semaines d’un procès particulièrement scruté, l’annonce du verdict a déclenché une pluie de réactions dans le pays, dont de nombreuses conjuguent expression du soulagement et appel à la réforme. Un communiqué de Barack Obama appelait ainsi à "continuer le combat", tandis que Bill Clinton estimait que la décision pouvait "aider à empêcher d'autres morts insensées".


M. Lesprit

Tout
TF1 Info