Un terrible drame ferroviaire s'est produit entre Athènes et Thessalonique dans la nuit de mardi à mercredi.
Un convoi de marchandises et un train transportant 350 passagers se sont percutés de plein fouet.
Les causes de la catastrophe sont encore inconnues.

C'est "le pire accident ferroviaire que la Grèce n'ait jamais connu", selon les médias grecs. Un convoi de marchandises est entré en collision avec un train de passagers effectuant le trajet entre Athènes et Thessalonique mardi peu avant minuit. Au moins 36 personnes sont mortes et 85 ont été blessées, selon Vassilis Vathrakogiannis, porte-parole des pompiers grecs, qui précise que l'opération des secours est toujours en cours. "66 personnes ont été hospitalisées dont six sont en soins intensifs", a-t-il ajouté.

La catastrophe ferroviaire est survenue au nord de la ville de Larissa, dans le centre du pays, au niveau de la vallée de Tempé. Le train de passagers, avec 350 personnes à bord, effectuait la liaison entre Athènes et Thessalonique, la deuxième ville de Grèce dans le nord du pays, tandis que le train de marchandises effectuait le trajet inverse. Plusieurs wagons ont déraillé après la collision, l'un a pris feu et plusieurs personnes se sont retrouvées piégées, selon la chaîne de télévision publique ERT.

Aucune précision n'a été fournie à ce stade sur les causes de la collision. L'un des wagons a été complètement broyé, rendant l'intervention des sauveteurs particulièrement difficile, tandis que d'autres étaient en partie détruits."Je n'ai jamais rien vu de tel de toute ma vie. C'est tragique. Cinq heures plus tard, nous trouvons des corps",  a raconté un sauveteur émergeant, épuisé, de la carcasse où il tente avec son équipe d'extraire des corps de passagers. "L'opération pour libérer des personnes piégées est en cours et se déroule dans des conditions difficiles, en raison de la gravité de la collision entre les deux trains", a expliqué le porte-parole des pompiers.

"Les gens hurlaient et avaient peur"

"Au moment de l'accident, nous avons sursauté car les fenêtres ont explosé tout d'un coup. Les gens hurlaient et avaient peur", a raconté un rescapé sur la chaîne de télévision Skai : "Heureusement, nous avons pu ouvrir les portes et nous échapper assez rapidement. Dans d'autres wagons, ils n'ont pas réussi à sortir et un wagon a même pris feu", poursuit le jeune homme, encore traumatisé. 

Selon le maire de Tempé, Yorgos Manolis, sur la chaîne publique ERT, de nombreux étudiants se trouvaient à bord du train et rentraient à Thessalonique après un week-end prolongé en raison d'un jour férié en Grèce. 

Les deux hôpitaux de la région de Larissa ont été réquisitionnés pour accueillir les nombreux blessés, selon les pompiers grecs. Les hôpitaux militaires de Thessalonique et d'Athènes sont aussi "sur le qui-vive" en cas de besoin, ont-ils souligné.


Tristan MICHEL avec AFP

Tout
TF1 Info