Benyamin Nétanyahou a promis, dimanche 21 avril, à la veille de Pessa'h, la Pâque juive, de porter "de nouveaux coups durs" au Hamas.
Le Premier ministre israélien a dit vouloir "augmenter la pression militaire et politique" sur le mouvement islamiste pour obtenir la libération des otages.

Benyamin Nétanyahou ne se détourne pas de l'objectif qu'il s'est fixé : "détruire le Hamas". Au lendemain de l'adoption par la Chambre américaine des représentants d'un énorme plan d'aide à Israël, notamment pour renforcer son bouclier antimissile, baptisé "Dôme de fer", le Premier ministre israélien a promis dimanche 21 avril à son peuple d'accroître "dans les prochains jours" la "pression militaire" sur le mouvement islamiste palestinien, responsable de l'attaque sanglante du 7 octobre contre l'État hébreu.

Dans un message vidéo, diffusé en ligne, à la veille de Pessa'h, la Pâque juive, le chef du gouvernement israélien a dit que l'absence des otages, toujours retenus captifs à Gaza, "ne fait que renforcer notre détermination à les ramener". "Malheureusement, jusqu'à présent, toutes les propositions de libération de nos otages ont été catégoriquement rejetées par le Hamas", s'est-il défendu, alors qu'il lui est reproché de ne pas en faire assez pour les libérer. "Le Hamas s'appuie sur la division en notre sein. (...) En conséquence, il ne fait que durcir ses conditions pour la libération de nos otages."

"Nous lui porterons de nouveaux coups durs - et cela arrivera bientôt. Dans les prochains jours, nous augmenterons la pression militaire et politique sur le Hamas, car c'est le seul moyen de libérer nos otages et de remporter notre victoire", a affirmé Benyamin Nétanyahou, sans évoquer un assaut sur Rafah, qu'il s'est dit à maintes reprises déterminé à lancer.

"Nos forces se préparent à la poursuite de leurs missions... dans la zone de Rafah", avait indiqué, le 7 avril dernier, son ministère de la Défense. Aucun détail sur cette offensive de grande ampleur n'a depuis filtré. Seule certitude : "il y a une date", avait révélé le Premier ministre israélien, dès le lendemain, se disant déterminé à "entrer" dans Rafah pour éliminer "les bataillons terroristes qui s'y trouvent."


Y.R. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info