Zaporijia : la centrale nucléaire ukrainienne cristallise les tensions

Annexions en Ukraine : la Russie s'approprie la centrale nucléaire de Zaporijia par un décret de Poutine

A. Lo. avec AFP
Publié le 5 octobre 2022 à 18h21
JT Perso

Source : TF1 Info

Un décret signé par Vladimir Poutine revendique la centrale nucléaire de Zaporijia comme propriété de la Russie.
Le site est occupé par l'armée russe depuis le mois de mars.

L'annonce officialise une occupation militaire de plusieurs mois. Si l'armée russe contrôle depuis le 4 mars la centrale nucléaire de Zaporijia, ce n'est que ce mercredi 5 octobre que Vladimir Poutine a signé un décret s'appropriant formellement le site. "Le gouvernement devra veiller à ce que les installations nucléaires de la centrale (...) soient acceptées comme propriété fédérale", indique le texte.

Une zone de protection "plus urgente que jamais"

La signature de ce décret advient peu après l'annexion par Moscou de quatre territoires ukrainiens, dont la région de Zaporijia, où est située la centrale nucléaire, la plus grande d'Europe. Le site se trouve également tout proche de la ligne de démarcation entre les territoires contrôlés par Kiev et ceux occupés par Moscou.

Alors que la gestion administrative de la centrale était transférée à Moscou mercredi, l'opérateur nucléaire ukrainien Energoatom s'est indigné de "la création de pseudo-entreprises avec le nom d'entreprises ukrainiennes". Cette décision russe montre "l'agonie du monde imaginaire fou du pays agresseur", avait encore fustigé Energoatom. Le directeur ukrainien de la centrale, Igor Mourachov, avait d'ailleurs été brièvement détenu par les Russes le week-end dernier, avant d'être relâché.

Lire aussi

Peu après l'annonce de la signature du décret, le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi, qui avait prévu de se rendre à Kiev et Moscou cette semaine, a annoncé son départ pour la capitale ukrainienne. Il doit y discuter de la mise en place d'une zone de protection autour de la centrale, l'estimant "plus urgente que jamais".


A. Lo. avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info