Ukraine : plus de sept mois de guerre

Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de l'intervention de Zelensky au sommet du G7

La rédaction de T1 Info
Publié le 27 juin 2022 à 15h24
JT Perso

Source : Les MATINS LCI

Le président ukrainien a exhorté les dirigeants du G7 à "faire le maximum" pour mettre fin à la guerre, et à "intensifier les sanctions" contre Moscou.
Un message reçu favorablement par les sept chefs d'État, qui comptent bien "continuer à accroître la pression sur Poutine".
Le sommet devait déboucher sur un nouveau train de sanctions.

Un message fort. Le président ukrainien a exhorté ce lundi les pays du G7 à "faire le maximum" pour mettre fin à la guerre en Ukraine - qui dure depuis le 24 février - d'ici à la fin de l'année. Volodymyr Zelensky a notamment appelé, en visioconférence, les dirigeants des sept pays (Allemagne, États-Unis, France, Canada, Italie, Japon, Royaume-Uni)  à "intensifier les sanctions" contre Moscou.

Bien décidés à "continuer à accroître la pression sur Poutine" - comme l'a assuré le chancelier allemand Olaf Scholz qui dirige le sommet organisé dans le sud de l'Allemagne - les chefs des sept grandes puissances ont réaffirmé leur soutien indéfectible à l'Ukraine. Ils se sont engagés dans une déclaration commune "à continuer à fournir un soutien financier, humanitaire, militaire et diplomatique" à l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra".  

Le G7 a également exprimé sa "vive inquiétude" à propos de l’annonce faite par la Russie selon laquelle elle pourrait transférer des missiles à capacité nucléaire en Biélorussie. Il a par ailleurs "exigé" le retour "immédiat" des Ukrainiens emmenés "par la force" en Russie. Le sommet devait déboucher sur un nouveau train de sanctions. On fait le point.

Vers un plafonnement des prix du pétrole

Arme incontournable dans le conflit en Ukraine : les sanctions financières, qui visent à isoler et paralyser Moscou. Zelensky souhaite que le G7 limite les prix du pétrole exporté par Moscou. "Pour nous, une position cohérente des pays du G7 concernant les sanctions est importante. Elles doivent être renforcées encore", a-t-il écrit sur son compte Telegram, à la suite de son intervention.

Message reçu favorablement : "le double objectif des dirigeants du G7 consiste à cibler directement les revenus de Poutine, en particulier par l’énergie, mais aussi de minimiser les répercussions sur les économies du G7 et le reste du monde", a déclaré un responsable américain lors d’un point de presse en marge du sommet. Un plafonnement des prix du pétrole russe pourrait ainsi réduire le trésor de guerre du Kremlin, tout en permettant d’effectivement réduire les prix de l’énergie et de ralentir l’inflation.

Lire aussi

Le G7 va également "se coordonner pour utiliser les taxes douanières sur les produits russes afin d'aider l'Ukraine", a poursuivi la même source. Au premier jour de leurs échanges dimanche, quatre pays du G7 avaient déjà annoncé décréter un embargo sur l'or nouvellement extrait en Russie.

"Libre passage" des denrées agricoles

Une grave menace plane sur de nombreux pays émergents dépendants des exportations ukrainiennes : celle d'une crise alimentaire mondiale. Une question au cœur des discussions du G7 qui exigent de la Russie qu'elle permette "le libre passage des marchandises agricoles depuis les ports ukrainiens de la mer Noire"

Le Premier ministre britannique Boris Johnson va également demander une "action urgente" pour relancer les exportations vitales de céréales de l'Ukraine alors que les pays les plus pauvres sont au bord du gouffre, a fait savoir Downing Street.

Défense antiaérienne

Volodymy Zelensky exclut pour le moment toute négociation avec les Russes, prévenant qu'"aujourd'hui ce n'est pas le moment", selon l'Élysée. Dès lors, il insiste sur une aide matérielle de la part des occidentaux : un soutien militaire "plein, entier, très opérationnel à l'Ukraine" afin de permettre la "restauration de l'intégrité territoriale" du pays. 

Il faut que "l'Ukraine puisse contenir l'avancée de la Russie et repousser les Russes au-delà des lignes de février", pour le chef d'État, qui appelle à la mise en place de systèmes de défense antiaériens. Au cours de son allocution, Volodymyr Zelensky, qui craint que le conflit ne s’inscrive dans la durée, a évoqué la "rudesse de l’hiver" en Ukraine, "où il est plus difficile de se battre".


La rédaction de T1 Info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info