Guerre en Ukraine : la traque des oligarques russes

Guerre en Ukraine : ce que l'on sait des discrètes filles de Vladimir Poutine, visées par des sanctions occidentales

Frédéric Senneville
Publié le 7 avril 2022 à 20h03
JT Perso

Source : JT 20h WE

Les États-Unis et le Royaume-Uni ont décidé de nouvelles sanctions contre le régime russe, dont certaines visent les propres filles de Vladimir Poutine.
L'Union européenne envisage des sanctions similaires à leur encontre.
On ne sait que très peu de choses sur Maria et Katerina, jalousement protégées par le maître du Kremlin.

Le Trésor américain identifie les deux filles de Vladimir Poutine comme étant Katerina Tikhonova, "une dirigeante de la tech qui soutient (...) l'industrie de défense russe", et Maria Vorontsova, qui dirige un programme de recherche en génétique financé par l'État russe et "supervisé personnellement par Poutine". C'est à ce titre qu'elles sont visées par de nouvelles sanctions de Washington, une mesure imitée par le Royaume-Uni et que s'apprête à mettre en place l'Union européenne.

Le président russe est depuis toujours très vigilant à protéger l'identité et la vie privée de ses deux filles. Pour autant, les deux jeunes femmes ne sont peut-être pas aussi éloignées des affaires du Kremlin qu'on l'a longtemps cru. Maria Vorontsova, 37 ans, et Katerina Tikhonova, d'un an sa cadette, ont vécu leurs premières années à Dresde, en Allemagne, où avait été muté l'agent du KGB Vladimir Poutine en 1985, quelques années avant l'effondrement du régime soviétique.

Des clichés de leur enfance montrent les deux fillettes blondes aux côtés de leurs jeunes parents, comme dans le tweet ci-dessus. Vladimir Poutine a divorcé de Lioudmila Poutina en 2013, alors qu'il était déjà au pouvoir en Russie depuis plus d'une décennie. La première épouse de Vladimir Poutine, une ancienne hôtesse de la compagnie aérienne russe Aeroflot, aura été vue à plusieurs reprises à ses côtés, lors de sommets internationaux ou de cérémonies religieuses, mais jamais leurs filles. L'âge adulte de Maria et Katerina est encore moins documenté que leur enfance, et les quelques informations qui semblent se recouper n'ont jamais été confirmées par le Kremlin. Selon les seuls éléments distillés par le récit officiel, elles auraient reçu leur éducation supérieure en Russie, parleraient plusieurs langues étrangères, et vivraient sur le territoire russe. 

Maria Vorontsova, l'aînée

Selon certains médias russes, Maria Vorontsova serait une endocrinologue travaillant au sein d'une grande entreprise de recherche médicale focalisée sur les traitements contre le cancer, et qui possède des liens avec l'État russe. Pour l'Union européenne, c'est surtout son rôle dans Nomenko, une importante société d'investissements dans le secteur de la Santé qui est retenu : le gouvernement russe tirerait "des sources substantielles de revenus" de cette entité, selon un document préliminaire des Vingt-Sept. Maria Vorontsova et son époux, l'homme d'affaires néerlandais Jorrit Faasen, vivraient à Moscou dans un luxueux "penthouse" situé juste en face de l'ambassade américaine.

Katarina Tikhonova, mathématicienne... et danseuse

La cadette Katarina Tikhonova, née à Dresde, est présentée par les médias russes comme une mathématicienne, qui dirige une fondation scientifique et technologique affiliée à la principale université d'État de Russie. Mais elle est également danseuse de rock and roll acrobatique, de très haut niveau, puisqu'elle aurait participé à des concours internationaux de premier plan. Elle a aussi été mariée quelques années à un dirigeant du géant gazier Gazprom, classé alors par Forbes comme un des plus jeunes milliardaires du monde. La fondation qu'elle dirige serait en fait financée par des compagnies dont les dirigeants "sont des membres du cercle d'oligarques proches" de son président de père, selon le même document européen qui motive les sanctions envisagées contre les deux sœurs.

Des rumeurs successives

Lorsqu'une influence grandissante de ses filles avait été évoquée lors d'une conférence de presse en 2019, Vladimir Poutine a refusé de répondre à la question, ne reconnaissant pas même son lien avec les deux femmes citées- qui de fait ne portent pas son nom. Quelques années plus tôt, il s'était brièvement dit "fier d'elles", affirmant qu'elles n'étaient "impliquées dans aucune activité d'affaires" ou "de politique". Une rumeur courait alors, selon laquelle ses deux filles avaient quitté le pays, forçant leur père, à cette brève et rarissime confidence.

Lire aussi

Des spéculations ont toujours cours sur l'existence d'une troisième fille de Vladimir Poutine, beaucoup plus jeune, née de ses amours avec Svetlana Krivonogikh. Si cette liaison du président russe n'a bien sûr jamais été confirmée, les "Pandora Papers" avaient révélé que cette Russe de 46 ans, dont le seul métier connu était femme de ménage, était devenue la propriétaire d'un luxueux appartement à Monaco - à travers une société créée quelques semaines après qu'elle ait mis au monde une petite Luiza.


Frédéric Senneville

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info