Ukraine : plus de sept mois de guerre

Guerre en Ukraine : chassés de l'île aux Serpents, les Russes n'ont pas perdu le contrôle de la mer Noire

Frédéric Senneville
Publié le 30 juin 2022 à 20h22, mis à jour le 1 juillet 2022 à 14h34
JT Perso

Source : TF1 Info

Les forces russes affirment avoir quitté volontairement "l'île aux Serpents", mais Kiev soutient les en avoir chassées militairement.
Cette position stratégique dans la mer Noire était devenue difficile à défendre pour Moscou.
La perdre ne signifie pas pour autant que la zone est désormais libérée.

L'armée ukrainienne s'est félicitée ce jeudi d'avoir contraint les Russes, "incapables de résister au feu de notre artillerie", à se retirer de l'île aux Serpents, territoire stratégique en mer Noire, occupé depuis les premiers jours de l'invasion russe en février dernier. Moscou, de son côté, se targue d'un "signe de bonne volonté", affirmant avoir retiré volontairement ses troupes pour faciliter les exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire.

Cette petite île rocailleuse de 17 hectares, qui affleure au large de la Roumanie et de l'Ukraine, est emblématique depuis les premières heures du conflit. Un membre de la petite garnison ukrainienne la défendant avait intimé à un navire russe en approche d'aller "se faire foutre", une bravade qui fut parmi les premiers symboles de la résistance ukrainienne qui allait rapidement s'affirmer.

Un rocher inhospitalier pour les deux camps

Si l'île aux Serpents offrait à l'armée russe une position théoriquement idéale, d'où elle pouvait atteindre les côtes ukrainiennes et contrôler le trafic maritime, à commencer par le passage des cargos céréaliers, l'inverse était également vrai. L'armée ukrainienne a ainsi pu pilonner l'île depuis ses propres côtes, et y empêcher le débarquement de troupes et d'armement lourd russes. 

Pour l'analyste militaire ukrainien Oleg Zhdanov, interrogé par la BBC, stationner des troupes sur ce rocher inhospitalier n'a en fait aucun sens, pour l'un ou l'autre camp. Selon lui, l'Ukraine doit désormais s'en tenir à la possibilité permanente de frapper toute entité qui chercherait à aborder sur l'île, notamment pour améliorer la défense du port d'Odessa, à environ 200 kilomètres au nord.

Si Moscou prétend avoir quitté volontairement les lieux, il semble que son départ tienne surtout à la position intenable de l'île, où elle n'a pas pu débarquer le matériel nécessaire à la défendre. La flotte russe dans la mer Noire avait également connu un affaiblissement stratégique substantiel lorsque son navire-amiral, le Moskva, avait été coulé par des missiles ukrainiens le 14 avril dernier.

Moscou domine toujours la mer Noire

Mais pour les exportations de céréales ukrainiennes, que le Kremlin prétend vouloir ainsi "faciliter", la route est encore loin d'être dégagée. L'île aux Serpents était une composante de la domination militaire russe totale sur la mer Noire, mais sa perte est au mieux un affaiblissement. "Concrètement, il y a une dizaine de conditions à lever avant que vous puissiez exporter du grain, et ceci n'est que l'une d'entre elles", a expliqué l'universitaire Andrew Wilson à la BBC. 

Lire aussi

Si un premier navire céréalier a pu quitter ce jeudi matin le port occupé de Berdiansk, c'est sous escorte militaire russe, et à destination de pays alliés de Moscou, une "exportation" tenue pour un vol par les autorités ukrainiennes. La Russie assure pour sa part qu'elle laisserait sortir les navires ukrainiens chargés de produits alimentaires si l'armée déminait ses voies maritimes. Une offre que Kiev décline, craignant que l'armée russe ne se lance à l'attaque de la côte ukrainienne de la mer Noire, alors qu'elle a déjà perdu tout le pourtour de la mer d'Azov. 


Frédéric Senneville

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info