Ukraine : la guerre du froid

Combats acharnés à Bakhmout, Poutine évoque la perspective d'un accord... Le point sur la situation en Ukraine

par Léa LUCAS
Publié le 10 décembre 2022 à 9h33
JT Perso

Source : TF1 Info

Tout en brandissant de nouveau la menace nucléaire, Vladimir Poutine a indiqué vendredi qu'un accord serait nécessaire "au final" pour mettre un terme au conflit.
Sur le terrain, près de la moitié des infrastructures énergétiques ukrainiennes ont été détruites par les frappes russes, tandis que d'intenses combats intenses se poursuivent autour de Bakhmout.
Retour sur les principales informations des 24 dernières heures.

Vladimir Poutine évoque la perspective d'un accord avec Kiev. En réponse à l'enlisement du conflit en Ukraine, "un accord sera nécessaire au final" pour y mettre un terme, a déclaré le président russe vendredi, tout en exprimant des doutes sur la "confiance" que Moscou peut accorder à ses interlocuteurs occidentaux. "J'ai déjà dit à plusieurs reprises que nous sommes prêts à ces arrangements, nous sommes ouverts, mais cela nous oblige à réfléchir pour savoir à qui nous avons affaire." 

Menace nucléaire : le double discours du Kremlin. Après avoir relativisé plus tôt dans la semaine un possible recours de son pays à l'arme nucléaire, Vladimir Poutine est revenu sur ses déclarations, interrogé par un journaliste qui lui demandait de clarifier sa position. En marge du sommet régional au Kirghizstan ce vendredi, il a fait savoir que la Russie pourrait modifier sa doctrine militaire en introduisant la possibilité d'une frappe préventive pour désarmer un ennemi.

40% des infrastructures ukrainiennes détruites

La bataille de Bakhmout fait rage. Depuis l'été, les combats se poursuivent autour de Bakhmout, ville que Moscou tente inlassablement de conquérir sans toutefois y parvenir malgré l'appui du groupe paramilitaire Wagner. Les hostilités ont pris ces dernières semaines une importance d'autant plus symbolique pour les responsables russes, qui subissent une série d'humiliantes défaites, notamment avec les retraites de la région de Kharkiv en septembre ou de Kherson en novembre. Face à des Ukrainiens qui ont eu le temps de préparer leur défense, les Russes semblent jeter toute leur énergie et leur équipement dans la bataille pour prendre cette ville située à 80 km au nord de Donetsk et 100 km à l'ouest de Lougansk, les deux bastions des séparatistes prorusses. 

Centrale de Zaporijia : deux employés ukrainiens détenus. L'Ukraine a accusé ce vendredi la Russie de détenir deux employés de la centrale nucléaire de Zaporijia, occupée militairement par Moscou, après les avoir "violemment passés à tabac". Selon l'opérateur nucléaire Energoatom, "l'armée russe a fait irruption dans les locaux où se trouve le Département des programmes sociaux de la centrale et, en présence d'autres employés, a violemment frappé le chef du département, Oleksiï Troubenkov, et son adjoint, Iouriï Androsov". 

40% du réseau énergétique ukrainien détruit. Si les forces russes ont quitté précipitamment Kherson il y a près d'un mois, les infrastructures énergétiques ukrainiennes autour de la ville libérée ont "pratiquement toutes été détruites", a indiqué ce vendredi l'opérateur national Ukrenergo, selon qui la situation reste également "compliquée" à Odessa. Le travail "réussi" de la défense antiaérienne ukrainienne a toutefois évité que plus de frappes russes ne touchent leurs cibles et endommagent encore davantage le réseau énergétique national, déjà détruit à 40% selon les autorités ukrainiennes. "Plus d'un millier de missiles et de drones" ont été tirés par la Russie "depuis le 10 octobre 2022", date des premières attaques russes d'ampleur sur les sites énergétiques ukrainiens. 

Brittney Griner de retour au Texas

La basketteuse Brittney Giner sur le sol américain. La basketteuse américaine Brittney Griner a atterri au Texas ce vendredi matin, après avoir été libérée d'une prison russe en échange du marchand d'armes Viktor Bout. Brittney Griner, 32 ans, avait été arrêtée en Russie en février pour des accusations de trafic de drogue, et Viktor Bout, 55 ans, lui, purgeait une peine de 25 ans dans une prison américaine. 

D'autres échanges de prisonniers à venir ? D'autres échanges de prisonniers entre Moscou et Washington sont "possibles", a  assuré ce vendredi Vladimir Poutine. "Les contacts se poursuivent au niveau des services de renseignement, ils n'avaient jamais cessé. Est-ce que d'autres (échanges) sont possibles ? Oui, tout est possible. (...) C'est le résultat de négociations et de la recherche de compromis. Dans ce cas-là, des compromis ont été trouvés et nous ne refusons pas de poursuivre ce travail à l'avenir", a détaillé le président russe, relavant cependant que ces négociations n'étaient pas un "prologue" à un dialogue sur d'autres questions.

Rapatriement du corps de l'étudiant zambien. Le corps du Zambien Lemekhani Nathan Nyirenda, décédé sur le front ukrainien aux côtés des soldats russes, va être rapatrié dans son pays natal dimanche 11 décembre, a annoncé ce vendredi le gouvernement zambien. Le mois dernier, la Zambie avait demandé des explications urgentes à la Russie sur les circonstances de sa mort, alors que l'étudiant de 23 ans était supposé purger une peine de prison près de Moscou. Wagner a reconnu avoir recruté le jeune homme en prison, affirmant qu'il avait volontairement rejoint le groupe paramilitaire avant de mourir "en héros".

Près de 20 milliards de dollars d'aide américaine au total

Les États-Unis envoient une nouvelle aide militaire. Washington a promis une enveloppe de 275 millions de dollars à Kiev pour "doper" sa défense contre les drones en particulier, a annoncé ce vendredi un porte-parole de la Maison Blanche. Cette tranche porte le total de l'aide américaine à l'Ukraine à plus de 19,3 milliards de dollars depuis l'invasion russe en février.

Deux milliards d'euros supplémentaires de l'UE pour la paix. Les pays membres de l'Union européenne se sont également entendus ce vendredi pour abonder de deux milliards d'euros la Facilité européenne pour la paix (FEP), leur instrument de financement pour l'assistance militaire fournie à l'Ukraine. L'accord doit encore être entériné lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE lundi 12 décembre à Bruxelles. Avec les fournitures bilatérales, le soutien des Vingt-Sept se chiffre à près de 9 milliards d'euros, a précisé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Lire aussi

Solidarité européenne face à l'arrivée de l'hiver. Enfin, afin d'aider les Ukrainiens à contrer la nouvelle stratégie militaire russe consistant à les priver d'électricité en pleine période hivernale, Paris s'apprête à recevoir ce mardi 13 décembre le Premier ministre ukrainien. La conférence se concentrera notamment sur l'aide internationale d'urgence, pour tenter de permettre au pays, attaqué par la Russie en février dernier, de conserver des infrastructures essentielles en état de marche (énergie, eau, alimentation, santé et transports). "L'hiver est déjà là, on a des températures qui sont très négatives donc il y a un véritable enjeu immédiat", a expliqué l'Élysée vendredi, évoquant "l'urgence de la résilience civile de l'Ukraine".


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info