Ukraine : la guerre du froid

Ukraine : coupures d'électricité, accusations de "crime de guerre"... Le point sur la situation

La rédaction de TF1info avec AFP
Publié le 19 novembre 2022 à 8h03
JT Perso

Source : JT 20h WE

De nombreuses régions ukrainiennes sont touchées par des coupures d'électricité, Kiev demande une aide supplémentaire de l'UE pour passer l'hiver.
La Russie accuse l'Ukraine d'avoir exécuté "brutalement" une dizaine de ses soldats.
Le point sur les faits marquants de ces dernières 24 heures.

Alors que l'hiver s'installe et que de nombreuses infrastructures énergétiques ne fonctionnent plus, l'Ukraine a réclamé ce vendredi un "soutien supplémentaire" à l'Union européenne pour passer cette saison. La Russie a de son côté accusé Kiev de "crime de guerre", citant l'exécution d'une dizaine de soldats prisonniers. Sur le plan diplomatique, les dirigeants d'Asie-Pacifique se sont joints à la condamnation internationale contre la guerre. 

"SOUTIEN SUPPLÉMENTAIRE". L'Ukraine a réclamé à l'Union européenne un "soutien supplémentaire" pour passer l'hiver, alors que près de la moitié de ses infrastructures énergétiques ont été mises "hors d'état de fonctionner" par les frappes russes massives qui les ont visées depuis début octobre. Le ministère russe de la Défense s'est défendu en assurant viser uniquement des installations liées à l'armée, et a expliqué qu'une série de frappes de longue portée et de précision effectuées la veille avaient "touché exactement les objets ciblés". Quant aux coupures de courant qui concernent 17 provinces et Kiev, elles sont liées au refus de l'Ukraine de négocier avec la Russie et non aux attaques de missiles, selon le Kremlin. 

Des fortifications en Crimée

MOSCOU ACCUSE KIEV. La Russie a accusé des militaires ukrainiens d'avoir exécuté "brutalement" une dizaine de ses soldats qui venaient de se rendre, dénonçant un "crime de guerre". Cette accusation intervient après la publication sur les réseaux sociaux russes de deux vidéos d'une trentaine de secondes chacune, présentées par ces sources russes comme prouvant l'exécution des militaires capturés. Kiev n'avait en fin de journée pas réagi à ces accusations, sur lesquelles l'ONU a indiqué se pencher.

CRIMÉE. L'armée russe effectue des travaux de fortification dans la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014, alors que son repli de la région de Kherson la semaine dernière et de la rive occidentale du fleuve Dniepr permet désormais aux Ukrainiens de l'atteindre avec leur artillerie. Ces travaux doivent permettre de "garantir la sécurité des Criméens", selon le gouverneur installé par Moscou dans la région. L'Ukraine a répété plusieurs fois ces derniers mois vouloir reprendre la péninsule, par la force s'il le faut.

Les pays d'Asie-Pacifique condamnent la guerre

NORD STREAM. Deux mois après les explosions au niveau des gazoducs Nord Stream, construits pour acheminer le gaz russe en Europe, la Suède a confirmé qu'il s'agissait bien d'un sabotage. Les analyses montrent des "restes d'explosifs sur plusieurs des objets étrangers découverts", a déclaré dans un communiqué le procureur chargé de l'enquête préliminaire ouverte. L'enquête doit se poursuivre pour "montrer si quelqu'un peut être poursuivi pour crime."

Lire aussi

CONDAMNATION. Alors qu'Emmanuel Macon avait appelé les pays d'Asie-Pacifique à se joindre au "consensus croissant" contre la guerre en Ukraine, les dirigeants de la région ont indiqué dans le communiqué finale du sommet de l'APEC que "la plupart" d'entre eux condamnent la guerre. 

"La plupart des membres ont fermement condamné la guerre en Ukraine et ont souligné qu'elle causait d'immenses souffrances humaines et exacerbait les fragilités existantes dans l'économie mondiale", ont déclaré les 21 dirigeants du forum de coopération économique Asie-Pacifique, dont la Russie et la Chine, reprenant les mêmes termes que la déclaration finale du G20, il y a quelques jours.


La rédaction de TF1info avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info