Le président américain s'est rendu à Kiev ce lundi matin, à l'occasion du premier anniversaire du conflit.
Il s'agit de sa première visite sur le sol ukrainien depuis le début de la guerre.
Cette venue surprise a été bordée par un dispositif de sécurité très rôdé, du départ de Joe Biden de Washington à sa rencontre avec Volodymyr Zelensky.

Les rumeurs spéculant sur une visite importante allaient bon train ces dernières heures, mais la venue de Joe Biden à Kiev ce lundi a tout de même surpris les Ukrainiens. À quelques jours du premier anniversaire de l'invasion russe, ce vendredi, le dirigeant américain a été reçu par son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky dans les rues de la capitale ukrainienne et à son palais présidentiel. Le chef de la Maison Blanche a rappelé son soutien "indéfectible" à son allié et annoncé de nouvelles aides au cours de ce rendez-vous surprise, encadré par un impressionnant dispositif de sécurité. Il s'agit de sa première venue en Ukraine depuis le début du conflit, devancé par plusieurs autres responsables occidentaux dont Emmanuel Macron

Dès dimanche soir, des messages signalant des "exercices de sécurité" ce lundi ont circulé dans la capitale, d'après l'envoyée spéciale de LCI en Ukraine, près de Kiev, des éléments à retrouver dans la vidéo en tête d'article. Dans les hôtels, des consignes ont été données pour ne pas filmer depuis les fenêtres ni prendre des photos ce matin. Un protocole toutefois fréquent à Kiev, puisque lorsque le dirigeant ukrainien se filme dans les rues de la ville, le centre-ville est également bouclé, si bien que les habitants ne se doutaient pas de l'identité de l'invité attendu ce lundi. Les sirènes antiaériennes ont par ailleurs retenti au cours de sa venue, un signal d'alerte qui oblige depuis plusieurs jours les magasins du cœur de la capitale à fermer. 

Caché par la Maison Blanche jusqu'à lundi matin

Très tôt lundi, les rues autour de l'emblématique place Maïdan, dans le centre de Kiev, et celles à proximité du monastère Saint-Michel avaient été interdites à la circulation des véhicules, selon l'AFP. Le centre-ville a ainsi été quadrillé par les militaires et la police, notamment au niveau de la cathédrale Saint-Michel, où Joe Biden s'est rendu pour rendre hommage aux soldats ukrainiens morts sur le champ de bataille depuis le début du conflit avec la Russie en 2014. 

L'accès à internet devait aussi être coupé entre 10h et 12h. Mais une fois qu'il a été aperçu dans la ville, la nouvelle de sa visite s'est vite répandue sur les réseaux sociaux. C'est également pour des raisons de sécurité que les images de la visite ont été diffusées en différé sur LCI, de la déambulation de Joe Biden et Volodymyr Zelensky dans les rues de Kiev à leur point presse dans le palais présidentiel. Le dirigeant américain a ensuite quitté Kiev en début d'après-midi. 

Selon le New York Times, il est arrivé en Ukraine au terme d'un voyage de plusieurs heures en train depuis la frontière polonaise, la voie aérienne étant bien sûr trop dangereuse dans ce contexte. En juin dernier, lorsque Emmanuel Macron s'était rendu à Kiev aux côtés des dirigeants allemand Olaf Scholz et italien Mario Draghi, c'est aussi par un train en partance de la Pologne que les trois responsables avaient rallié Kiev, un déplacement là-encore minutieusement préparé.

La Maison Blanche avait annoncé publiquement dimanche soir que Joe Biden serait encore aux États-Unis lundi, avant de partir dans la soirée pour Varsovie, en Pologne, où une visite devait avoir lieu mardi, un rendez-vous pour l'heure maintenu. Tout au long de la semaine passée, les autorités ont aussi répété que la venue de Joe Biden en Ukraine n'était pas prévue, ajoute CNN.

La Russie prévenue "quelques heures auparavant"

En réalité, le président avait quitté Washington samedi soir dans le secret, après avoir dîné avec son épouse. Il s'est envolé à bord de l'avion officiel des présidents américains, Air Force One, depuis la base militaire Joint Base Andrews dans le Maryland à 4h15 dimanche, dans l'obscurité la plus complète, selon les informations de la chaîne américaine. Les journalistes présents à bord pour suivre le déplacement avaient reçu la consigne de ne pas emporter leurs propres appareils avec eux. Joe Biden n'avait plus été vu en public jusqu'à son arrivée à Kiev ce lundi matin. Dans le courant de l'après-midi ce lundi, la Maison Blanche a fait savoir qu'elle avait prévenu la Russie de ce déplacement "quelques heures auparavant".

Le chef de la Maison Blanche s'est déplacé aux côtés d'une poignée d'accompagnateurs seulement, dont le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, le chef de cabinet adjoint Jen O'Malley Dillon et son assistante personnelle Annie Tomasini. Signe de l'enjeu sécuritaire de ce rendez-vous, la possibilité d'une visite plus tôt dans l'année avait été exclue à plusieurs reprises par les autorités américaines, bien que Volodymyr Zelensky ait appelé son homologue à venir en Ukraine depuis plusieurs mois déjà. Obtenant finalement gain de cause, il a salué ce lundi à maintes reprises un moment "historique".


Maëlane LOAËC

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info