Ukraine : Kherson libéré, un tournant dans la guerre ?

Kherson : les forces russes accusées d'avoir enlevé les animaux du zoo de la ville désormais libérée

par Maëlane LOAËC
Publié le 14 novembre 2022 à 12h05
JT Perso

Source : TF1 Info

Moscou aurait enlevé un étrange butin de Kherson : des animaux du zoo de la ville, dont des ratons laveurs, des loups et un lama.
Le propriétaire d'un zoo situé en zone occupée, en Crimée, serait à l'origine de ces vols, filmés et diffusés sur internet.
Une "évacuation provisoire" en attendant que la Russie reprenne le pouvoir à Kherson, a-t-il assuré.

Agrippé par la queue, l'animal s'énerve, tente de s'accrocher à une branche, agite désespérément ses pattes avant d'être jeté sans ménagement dans une cage. Au fond de la pièce, deux de ses congénères, apeurés, se cachent dans une niche en bois. Sur Twitter, le ministre de la Défense ukrainien a publié une vidéo montrant selon lui un homme russe, en train de voler un raton laveur du zoo de Kherson, juste avant que l'armée de Moscou ne batte en retraite dans cette ville reprise la semaine passée par les Ukrainiens. 

"Les occupants ont tout volé à Kherson : des peintures dans des galeries d'art, des antiquités dans des musées, des manuscrits historiques dans des bibliothèques. Mais leur butin le plus précieux était un raton laveur qu'ils ont volé dans un zoo. Voler un raton laveur et mourir", a écrit le ministère, dans un message au ton moqueur. 

Selon The Washington Post, l'homme qui s'empare des ratons laveurs est Oleg Zubkov, le propriétaire du parc safari Taigan Lion Park, situé en Crimée, dans la zone occupée par les Russes depuis 2014. D'autres séquences ont été publiées en ligne : sur l'une d'elles, le voleur paré d'un uniforme kaki embarque de force un lama à l'arrière d'une camionnette, aux côtés d'assistants, tandis que sur une autre, deux loups qui proviennent selon lui du zoo de Kherson sont déchargés dans son parc, sous les caméras de deux chaînes de télévision russe. 

Au total, sept ratons laveurs, deux loups femelles, des paons, un lama et un âne auraient été volés du parc de la ville selon le journal américain.

"Nous ne rendrons pas le raton laveur"

Pour le gérant, il s'agit là d'une "évacuation temporaire", les animaux étant destinés à être renvoyés à Kherson une fois que Moscou aurait repris possession de la ville, a-t-il assuré. Son propre parc dispose déjà de ses "propres loups" et de "75 ratons laveurs". "Nous avons pris ces animaux pour les garder en vie et pour que les habitants de Kherson soient heureux de les revoir en vie. Les animaux sont entre de bonnes mains", s'est réjoui Oleg Zubkov. Sur sa chaîne YouTube, celui qui se fait appeler "L'Homme Lion" se montre régulièrement en train de caresser différents fauves au sein de son zoo. Il a été condamné l'an passé à la prison après qu'un lion a mordu un enfant dans son parc, une peine annulée par le tribunal d'occupation de Crimée.

De son côté, Oleksandr Todortchouk, fondateur de UAnimals, un mouvement pour les droits des animaux, a affirmé sur Facebook que les occupants russes ont fuit en emmenant avec eux "la plupart des animaux du zoo en Crimée", des lamas aux loups en passant par les écureuils. Les médias russes, de leur côté, ont présenté cet enlèvement comme un mince espoir après la débandade de l'armée de Moscou, qui a annoncé la semaine passée quitter Kherson, sur laquelle le Kremlin avait revendiqué le contrôle en septembre dernier. Après l'entrée ukrainienne de l'armée dans la ville, Volodymyr Zelensky s'est lui-même rendu sur place ce lundi pour célébrer cette libération. 

Lire aussi

"Nous ne rendrons pas le raton laveur", a déclaré sur Telegram la poétesse et blogueuse russe nationaliste Anna Dolgareva. "Nous allons récupérer Kherson", a-t-elle lancé, ajoutant même qu'une chaîne Telegram consacrée à ces mammifères, "Les ratons laveurs de Kherson", avait été créée.

Ce n'est pas la première fois que les forces russes emportent avec eux des butins de guerre insolites, selon Kiev : elles ont déjà subtilisé machines à laver, voitures, appareils électroniques, ou même les ossements de l'amant de l'impératrice Catherine II, qui vécut au XVIIIe siècle, rapporte le journal américain. L'administration de Kherson, nommée par le Kremlin, avait aussi pillé des centaines d'œuvres au Musée d'art de la ville, selon les accusations portées par le personnel du site.


Maëlane LOAËC

Tout
TF1 Info