Depuis le premier janvier dernier, ce sont plus de 230.000 citoyens qui sont venus gonfler les rangs de l'armée russe.
Cette nouvelle vague de recrutement fait suite à la mobilisation partielle en urgence des 300.000 réservistes en septembre 2022.

Une société qui s'adapte à l'effort de guerre. "Du 1er janvier au 3 août 2023 (...), plus de 231.000 personnes ont été acceptées sous contrat" par l'armée russe, a déclaré jeudi 3 août Dmitri Medvedev. C'est bien d'avantage qu'au dernier pointage : en mai dernier, 120.000 personnes avaient été recrutées pour la seule année 2023.

Des avantages sociaux et bancaires

AFP

La "tâche reste de rendre le service contractuel le plus prestigieux possible", alors que l'armée russe a besoin de recrues pour mener son offensive en Ukraine, assure l'ancien président russe. Ainsi, en plus de leurs soldes et d'avantages sociaux, les nouvelles recrues voient leurs emplois civils "préservés pendant la période de service" et leurs éventuels crédits bancaires gelés, met-il en avant. Des possibilités alléchantes largement mises en avant par la vaste campagne de recrutement via les réseaux sociaux ou des affiches dans les rues. 

En revanche, aucune précision n'a été donnée quant à la période ou au type d'entraînement de ces nouvelles recrues, avant de rejoindre le front.

Face aux sévères pertes en Ukraine, les autorités russes avaient dû recourir, en septembre 2022, à une mobilisation partielle de réservistes, qui avait permis de recruter au moins 300.000 hommes. Elle avait toutefois également provoqué la fuite de dizaines de milliers de Russes à l'étranger. Quelques mois plus tard, fin décembre 2022, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait jugé "nécessaire" de faire passer les effectifs de l'armée russe à 1,5 million de soldats, "dont 695.000 sous contrat". Dmitri Medvedev, qui est actuellement secrétaire adjoint du Conseil de sécurité russe, avait annoncé en mai que l'armée avait recruté à l'époque 120.000 personnes.


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info