En difficulté en Ukraine, Poutine choisit l'escalade

Guerre en Ukraine : la Russie a "violé de manière éhontée" la Charte des Nations Unies, accuse Joe Biden

Maëlane Loaëc (avec AFP)
Publié le 21 septembre 2022 à 20h08
JT Perso

Source : TF1 Info

Le président américain a estimé que Moscou est allée "à l'encontre de la Charte des Nations Unies" en envahissant son voisin ukrainien, qu'elle tente de "supprimer de la carte".
Dans un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU, il a promis que Washington restera "solidaire" de Kiev "contre l'agression russe".

Alors que Vladimir Poutine a ouvert la voie à une escalade du conflit en Ukraine, en décrétant ce mercredi une "mobilisation partielle", Joe Biden continue d'afficher une ligne ferme face aux menaces du Kremlin. La Russie a "violé de manière éhontée" les principes de la Charte des Nations Unies, a accusé le président américain depuis New York, à l'occasion d'un discours d'une trentaine de minutes devant l'Assemblée générale de l'ONU. 

Le locataire de la Maison blanche a particulièrement fustigé les menaces d'utiliser l'arme nucléaire brandies par Vladimir Poutine lors de son allocution, des propos "dangereux" qui "montrent le peu de respect dont il témoigne à l'égard du régime de non-prolifération" selon lui, un régime réglé par des conventions et traités internationaux. Mais aussi l'appel à la mobilisation de 300.000 réservistes russes, et "l'organisation d'un simulacre de référendum pour annexer des parties de l'Ukraine", défendu mardi par les autorités pro-russes dans l'Est de l'Ukraine. 

"Tout ceci représente des violations significatives de la Charte des Nations Unies", a souligné Joe Biden, estimant que rien ne justifiait ces "actes outrageants" puisque "personne n'a menacé la Russie" et que, hormis Moscou, "personne ne recherchait le conflit"

"Un membre permanent du Conseil de sécurité a envahi son voisin"

"Un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies a envahi son voisin, a essayé de supprimer de la carte un État souverain, allant à l'encontre de la Charte des Nations Unies qui interdit à tout pays de s'emparer par la force du territoire de son voisin", a-t-il martelé. "La base de la Charte des Nations Unies est menacée lorsqu'un pays est attaqué par ceux qui voudraient en tirer avantage." 

"Cette guerre veut purement et simplement supprimer l'Ukraine, anéantir le droit de l'Ukraine à exister en tant que peuple", a poursuivi le chef d'État américain, avant de lancer avec fermeté : "Nous serons solidaires aux côtés de l'Ukraine, nous serons solidaires contre l'agression russe, un point c'est tout." 

Les États-Unis ont fourni "plus de 25 milliards de dollars" consacrés à l'aide économique et humanitaire à l'Ukraine, a-t-il indiqué, ajoutant que plus de 40 pays avaient fourni également des "milliards" au pays pour le soutenir. Le dirigeant américain a aussi évoqué les "coûts imposés" pour punir la Russie, "pour la tenir responsable des crimes de guerre et des atrocités commises". "Une nation ne peut poursuivre ses objectifs impérialistes sans en payer le prix", a lancé le chef de la Maison Blanche. 

Lire aussi

Joe Biden a également accusé la Russie d'avoir une responsabilité dans la crise alimentaire mondiale actuelle. "Elle dit des mensonges, elle assure que les sanctions à son égard sont responsables de l'insécurité alimentaire. Je vais être très clair : nos sanctions permettent explicitement à la Russie d'exporter des aliments et des engrais, il n'y a aucune limite à cela. C'est la guerre de la Russie qui affecte la sécurité alimentaire et seule la Russie peut y mettre un terme."

Il a par ailleurs annoncé une nouvelle aide américaine de 2,9 milliards de dollars pour lutter contre l'insécurité alimentaire dans le monde, qui s'ajoute à une somme de 6,9 milliards de dollars déjà promise cette année par Washington.


Maëlane Loaëc (avec AFP)

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info