La Russie annonce la fin "de facto" de l'accord céréalier conclu avec Kiev, juste avant son expiration

par M.L avec AFP
Publié le 17 juillet 2023 à 15h08

Source : JT 20h Semaine

L'accord céréalier passé entre Kiev et Moscou, qui permettait de faire sortir des cargaisons depuis les ports ukrainiens, arrive à expiration ce lundi soir.
Le Kremlin n'a pas attendu l'échéance pour annoncer que cet accord prenait fin et ne serait pas prolongé pour le moment.
La Turquie, garante du texte, espère encore pouvoir sauver ce compromis crucial pour l'alimentation mondiale.

Les différents partenaires comptaient encore sur les dernières heures de négociation, mais le Kremlin semble avoir déjà pris sa décision. Moscou a annoncé, lundi 17 juillet, la fin "de facto" de l'accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes, jugé crucial pour l'alimentation mondiale. Ce texte, qui permet l'exportation des céréales d'Ukraine en mer Noire, arrive à expiration à minuit à Istanbul (21h GMT, 23h à Paris). Il avait fait l'objet de discussions de la dernière chance ce week-end pour tenter de convaincre Moscou de le prolonger, visiblement en vain. 

"L'accord de la mer Noire s'est de facto terminé aujourd'hui", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ajoutant que "dès que la partie (des accords) concernant la Russie sera satisfaite, la Russie reviendra immédiatement à l'accord sur les céréales". La décision a été accueillie par une pluie de condamnations internationales venues de l'Union européenne, du Royaume-Uni et des Pays-Bas. 

Ankara continue d'espérer

La Turquie et l'ONU, garantes de cet accord, ainsi que l'Ukraine, ont été notifiées de la décision du Kremlin, a indiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. Malgré cette annonce, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est dit convaincu que son "ami Vladimir Poutine veut poursuivre l'accord".

Cette annonce survient quelques heures après un "incident" nocturne contre le stratégique pont de Crimée. Alors que la Russie dénonce une attaque ukrainienne, le président du Sénat russe, Sergueï Mironov, a affirmé que Moscou devait, en représailles, attaquer les infrastructures ukrainiennes et arrêter les négociations sur l'accord céréalier. "C'est ce que nous devons faire, et non discuter d'un accord sur les céréales qui aide les dirigeants de Kiev et leurs maîtres occidentaux à se remplir les poches", a-t-il affirmé.

Signé en juillet 2022 sur les rives du Bosphore et déjà reconduit à deux reprises, l'accord permettait à l'Ukraine d'exporter ses céréales par la mer Noire. Grâce à lui, près de 33 millions de tonnes de céréales sont sortis des ports ukrainiens sur l'année écoulée, en dépit du conflit. Mais le président russe Vladimir Poutine a fustigé à plusieurs reprises les obstacles à l'exportation des produits alimentaires et engrais russes, qui devait accompagner celle des produits ukrainiens. Il a aussi jugé samedi que "le principal objectif de l'accord, la livraison de céréales aux pays dans le besoin, notamment sur le continent africain" n'était "pas réalisé".


M.L avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info