Ukraine : plus de sept mois de guerre

Ukraine : Moscou veut retourner l'opinion en exploitant les divisions en Europe, selon une étude

M.L (avec AFP)
Publié le 7 juillet 2022 à 7h49
JT Perso

Source : TF1 Info

Le temps passant, la guerre s'enlise et le soutien international à l'Ukraine s'affaiblit.
Selon une étude d'un cabinet américain, les Russes veulent exploiter de futures divisions au sein des opinions européennes par des opérations d'influence.
Leur but également : exacerber les craintes économiques et diaboliser Kiev et ses réfugiés.

Le Kremlin estime déjà que le temps jouera en sa faveur : au fil des mois, les opinions publiques européennes risquent de se lasser du conflit et leur soutien à l'Ukraine s'étioler. Les réseaux d'influence russes sont donc déjà en ordre de marche pour s'immiscer dans ces failles et exploiter les divisions qui surviendraient, selon une étude d'un cabinet américain publiée jeudi.

Plus la guerre va durer, "plus il est probable que cela entraîne naturellement une érosion du soutien à la coalition occidentale, provoquée par la lassitude de la guerre et le peu d'enthousiasme pour subir des effets économiques de long terme", estime le cabinet américain spécialisé dans le renseignement, Recorded Future. Et "il est presque certain que les opérations informationnelles russes vont encore plus tenter d'exploiter cette opportunité pour retourner l'opinion internationale en leur faveur", selon cette étude.

La France figurerait parmi les pays ciblés en priorité

De très nombreux observateurs estiment que le temps joue en faveur des Russes, entre autres parce qu'il usera le soutien occidental à l'Ukraine contre l'invasion russe lancée le 24 février. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a d'ailleurs récemment insisté sur l'urgence de mettre fin au conflit avant l'hiver.

Recorded Future affirme que la Russie est en train de mener une série d'opérations d'influence pour travailler sur les opinions publiques internationales sous plusieurs angles, ciblant particulièrement certains pays. "En se basant sur les observations des réseaux d'influence russe, Recorded Future croit que les tentatives directes pour saper et diviser la coalition occidentale en créant ou exacerbant les divisions visent avant tout la France, l'Allemagne, la Pologne et la Turquie", selon le rapport.

Ces opérations sont lancées par une multitude de vecteurs : des médias d'État russe comme RT, des sites suspectés d'être des couvertures des services, comme Southfront, ou des relais de désinformation et de propagande déjà connus, comme la chaîne Telegram de la ferme à troll Cyber Front Z, selon le cabinet. En prenant plusieurs exemples, il a défini cinq grands narratifs incitant à la division : accentuer le mécontentement vis-à-vis des dirigeants, noircir l'image des réfugiés ukrainiens, exploiter les craintes économiques sur l'énergie et la nourriture, faire de l'Ukraine une racine du nazisme et du fascisme, et décrédibiliser les médias occidentaux.

Lire aussi

Face à une guerre en Ukraine qui s'inscrirait dans la durée et une Russie organisée de la sorte, "une réponse globale de l'ensemble des acteurs sera nécessaire pour identifier efficacement, isoler, informer, et contrer les tentatives directes et indirectes de la Russie", estime Recorded Future. La Russie a par le passé été accusée à plusieurs reprises par gouvernements et observateurs d'exploiter les réseaux sociaux à fin de perturber ou parasiter les sociétés occidentales, comme lors des élections américaines de 2016 par exemple. 


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info