Guerre en Ukraine : le chef de la CIA se dit convaincu que la Chine envisage d'envoyer des armes à la Russie

par La rédaction de TF1 avec AFP
Publié le 26 février 2023 à 17h03

Source : TF1 Info

William Burns s'est dit convaincu ce dimanche que "les dirigeants chinois envisagent de fournir du matériel létal" à la Russie.
Dans une interview à la chaîne CBS, il a toutefois admis que les États-Unis ne disposaient d'aucune indication qu'une décision ait été prise.
Ni même que du matériel avait déjà été livré.

C'est le sujet qui inquiète les Occidentaux depuis plusieurs semaines. Et si la Chine venait apporter son aide à la Russie dans sa guerre en Ukraine en lui livrant, notamment, des armes ? Un scénario que n'écarte pas le directeur de la CIA. Dans une interview à la chaîne CBS, diffusée dimanche 26 février, William Burns s'est dit "convaincu" que Pékin envisage de fournir un soutien militaire à Moscou. 

"Nous sommes convaincus du fait que les dirigeants chinois envisagent de fournir du matériel létal" à la Russie, a déclaré William Burns. Mais, a-t-il ajouté, "nous n'avons pas constaté qu'une décision définitive ait été prise" et "nous n'avons pas constaté de preuves qu'ils aient livré" des armes à Moscou.

De "sérieuses complications"

Depuis une semaine, Washington accuse Pékin de vouloir appuyer l'offensive russe, ce qu'ont plusieurs fois démenti les autorités chinoises. Plusieurs médias américains ont avancé que l'Empire du milieu pourrait livrer à son allier des drones et des munitions, tandis que le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken en a directement fait part au plus haut diplomate chinois Wang Yi lors d'une rencontre tendue samedi dernier à Munich en marge d'une conférence sur la sécurité. Washington estime que la Chine fournit déjà du matériel non létal à la Russie via des entreprises chinoises.

De son côté, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan a assuré dimanche sur CNN que les États-Unis restaient "vigilants" à cet égard et réaffirmé la mise en garde de Washington à Pékin contre les "conséquences" d'une telle fourniture d'armes. "Nous allons continuer à envoyer un message de fermeté selon lequel envoyer de l'aide militaire à la Russie en ce moment (...) serait une grave erreur et la Chine devrait ne pas y prendre part", a-t-il dit. Selon lui, la guerre en Ukraine pose de "sérieuses complications" pour les Chinois, mais si Pékin décidait de franchir le pas et de fournir des armes à Moscou, cela engendrerait de "vrais coûts" pour elle.

Ces accusations américaines que la France a toutefois tempérées ces derniers jours. Invitée sur LCI vendredi 26 février, la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a estimé que  "la Chine, aujourd'hui, n'a pas décidé de livrer des armes à la Russie". "Il y a des interrogations, qui sont les nôtres. Nous en faisons part [à Pékin]. Si la Chine devait se départir, elle-même, de ses obligations internationales, cela changerait certainement la donne. Cela changerait notre relation avec elle", a-t-elle argumenté, tout en appuyant sur le fait que ce n'était "pas le cas aujourd'hui".


La rédaction de TF1 avec AFP

Tout
TF1 Info