Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine en visite-surprise en Crimée

par F.Se
Publié le 18 mars 2023 à 18h17

Source : TF1 Info

Le président russe a effectué une visite-surprise en Crimée ce samedi.
Vladimir Poutine a choisi la date-anniversaire de l'annexion de cette province ukrainienne en 2014.
La veille, un mandat d'arrêt international avait été émis contre lui par la Cour pénale internationale.

Une bravade. Vladimir Poutine s'est rendu en personne en Crimée ce samedi, à l'occasion du 9ᵉ anniversaire de l'annexion de la province ukrainienne. La veille, un mandat d'arrêt international avait été émis contre le président russe, pour le crime de guerre de "déportation illégale" d'enfants ukrainiens. Les perspectives de voyage du maître de Kremlin se sont sérieusement réduites avec ce mandat d'arrêt, que théoriquement les 123 pays signataires du Statut de Rome sont susceptibles d'exécuter sur leur territoire. 

 

Le déplacement surprise de Vladimir Poutine dans la péninsule a été couvert de bout en bout par la télévision d'État russe Rossia-1. Arrivé à Sébastopol, port d'attache de la flotte russe de la mer Noire en Crimée, le maître du Kremlin a notamment assisté à la cérémonie d'inauguration d'une école des arts pour enfants en compagnie du gouverneur local. Cette ville n'est située qu'à 240 km de Kherson, la cité méridionale ukrainienne reprise par l'armée de Kiev en novembre après le retrait des forces russes. "Notre président Vladimir Vladimirovitch Poutine sait surprendre", s'est enflammé le gouverneur Razvojaïev sur Telegram, "dans le bon sens de ce mot". Selon lui, l'école des arts devait initialement être inaugurée en visioconférence. 

"Mais Vladimir Vladimirovitch est venu en personne. Lui-même. Au volant. Parce que lors d'une journée historique comme aujourd'hui, il est toujours avec Sébastopol et ses habitants", a poursuivi le gouverneur russe de cette péninsule, dont l'annexion par Moscou en mars 2014 n'est pas reconnue par la communauté internationale. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé en janvier qu'il entendait reprendre la Crimée avec des armes, tandis que Moscou ne cesse de marteler que la "Crimée est russe", et refuse d'en faire l'objet d'éventuelles négociations de paix. 

Poutine conduit lui-même sa voiture

Vladimir Poutine était venu en personne, là aussi en conduisant lui-même sa voiture, en décembre dernier. Une séquence le montrait alors roulant sur le pont de Kertch, pour superviser l'avancement des travaux, deux mois après la destruction partielle par explosion de cet ouvrage, qui relie la péninsule à la Russie. Le déplacement, s'il a bien eu lieu dans les conditions décrites, n'avait toutefois été annoncé qu'a posteriori.

Le président russe est visé depuis ce vendredi par un mandat d'arrêt émis à son encontre par la Cour pénale internationale (CPI), qui l'accuse du crime de guerre de "déportation illégale" d'enfants ukrainiens. Le Kremlin a jugé "nul et non avenu" ce mandat, dont l'émission a été annoncée le jour où Moscou et Pékin ont annoncé la visite du dirigeant chinois Xi Jinping en Russie la semaine prochaine, censée ouvrir une "nouvelle ère" dans les relations entre les deux alliés. La délivrance d'un mandat d'arrêt à l'encontre d'un chef d'État en exercice, par ailleurs membre du Conseil de sécurité de l'ONU, est une étape sans précédent pour la CPI, créée en 2002 - mais non reconnue par Moscou.


F.Se

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info