Artur Smolyaninov, principal acteur d'un film apprécié par le président russe, est considéré comme un "agent de l'étranger" par le Kremlin.
En cause, ses déclarations pro-ukrainiennes, dans lesquelles il affirme être prêt à tuer des soldats russes.

Il était la vedette de l'un des films préférés de Vladimir Poutine. Accueilli par le président russe il y a près de deux décennies dans l'une de ses résidences, il est désormais persona non grata en Russie. L'acteur Artur Smolyaninov, surnommé le "Rambo russe" et star de Devyataya Rota (Le 9e Escadron), un long métrage sorti en 2005 sur la guerre entre l'Afghanistan et les forces soviétiques, est dans le viseur de Moscou depuis ses déclarations pro-ukrainiennes.

Dans une interview accordée à la Novaïa Gazeta Europe, un journal d'opposition, Artur Smolyaninov a récemment assuré qu'il était prêt à se battre en Ukraine... en faveur de Kiev. "Je ne ressens que de la haine envers les personnes de l'autre côté de la ligne de front", à savoir les Russes, a lancé celui qui s'est exilé. "Si j'étais sur le terrain, il n'y aurait pas de pitié."

"Si je devais y aller, je ne me battrais que pour l'Ukraine"

D'après les informations de CNN, l'un de ses anciens collègues s'est engagé au sein des troupes de Vladimir Poutine. "Si je lui tirerais dessus ? Sans aucun doute", a affirmé Artur Smolyaninov, qui n'a pas fermé la porte à un engagement auprès des forces ukrainiennes. "Si je devais aller à cette guerre, je ne me battrais que pour l'Ukraine."

Sans surprise, ces déclarations ne sont pas passées inaperçues du côté du Kremlin. Et Moscou n'a pas tardé à réagir. Le ministère russe de la Défense a classé l'acteur dans sa liste des agents de l'étranger, à l'instar des nombreux Russes hostiles à voix haute à la guerre en Ukraine. Une enquête pénale a même été ordonnée à l'encontre d'Artur Smolyaninov.

Il faut dire que le "Rambo russe" n'en est pas à son coup d'essai. Toujours d'après nos confrères de CNN, Artur Smolyaninov a donné de la voix pour fustiger "l'opération spéciale" de Moscou. Dans une chanson de l'ère soviétique aux paroles modifiées, il s'en est pris aux "occupants" russes, déplorant les "maternités sans électricité", "les enfants dans les abris" ou encore "les livres noyés". Quelques mois plus tôt, l'acteur avait déjà critiqué l'invasion de l'Ukraine, la qualifiant de "catastrophe". Il avait été sanctionné d'une amende de 30.000 roubles (environ 400 euros) par un tribunal du district de Moscou.

Une hostilité aux antipodes de l'accueil chaleureux de Vladimir Poutine il y a près de 20 ans. En 2005, le président russe avait convié toute l'équipe du film Devyataya Rota dans l'une de ses résidences pour assister à une projection. D'après CNN, il s'était même entretenu avec plusieurs acteurs, dont Artur Smolyaninov, à l'issue de la séance, et avait salué un film "très fort" dans lequel "des gens se sont retrouvés dans des conditions extrêmes dans cette guerre et se sont montrés très dignes". Comme un symbole.


Idèr NABILI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info