La bataille d'Avdiivka a mis en évidence le rôle des "bombes planantes" mises au point par les Russes.
Les Fab-1500 ont provoqué des dégâts considérables, tout en restant hors de portée des Ukrainiens.
Désormais produites à la chaîne en Russie, elles aggravent le manque criant de moyens aériens de Kiev.

Elle terrifie les soldats ukrainiens. La "bombe planante" a fait des dégâts tellement considérables lors de la bataille pour la ville stratégique d'Avdiivka, prise par les Russes en février dernier, que certains en viennent à regretter l'artillerie classique. Le redoutable modèle Fab-1500, avec sa tonne et demie d'explosifs, semble avoir eu un rôle décisif dans le retour en puissance de l'armée russe sur le front ces derniers mois. Lors de la prise d'Avdiivka, 250 auraient été lancées en moins de 48 heures. Larguées de très haut et de très loin, les "bombes planantes" rendent plus criant encore le besoin ukrainien d'avions de chasse et de meilleurs systèmes anti-aériens.

Auparavant, nous étions seulement bombardés par l'artillerie
Un soldat ukrainien

Un soldat de la 46ᵉ brigade mobile ukrainienne,  a témoigné pour CNN. "Auparavant, nous étions seulement bombardés par l'artillerie", explique ce militaire déployé sur le front près de Donetsk, "mais maintenant les 'orques' (terme péjoratif pour les Russes, NDLR), s'amusent plus agressivement, en utilisant leurs moyens aériens et particulièrement le Fab-1500". Cette bombe redoutable, qui détruit positions ukrainiennes ou bâtiments civils en laissant des cratères de 15 mètres de diamètre, est en fait une munition de l'ère soviétique, adaptée par l'armée russe. 

Beaucoup moins coûteuse qu'un missile, elle est désormais produite à la chaîne, en ajoutant simplement un "kit" de guidage à une ogive préexistante, dont la Russie possède un stock immense. Une technique qui compense aussi le handicap provoqué par les sanctions sur la production d'armes. 

Lancée loin des lignes de front

Désormais munie d'un système de guidage sophistiqué, qui lui permet de "planer" plutôt que de chuter verticalement, elle peut frapper avec une précision de cinq mètres, alors qu'elle est lancée à 60 ou 70 km de ses cibles. Elle est larguée à grande vitesse par des bombardiers russes en haute altitude, aux limites de la stratosphère, inatteignables par les systèmes anti-aériens dont dispose l'armée ukrainienne. 

Ce nouvel arsenal russe, qui démoralise les soldats ukrainiens au sol, rend encore plus urgent le besoin de moyens pour reprendre le contrôle du ciel, réclamés de longue date par Kiev, comme le plaide un conseiller de Volodymyr Zelensky sur LCI. "Nous devons empêcher l'aviation tactique russe d'utiliser des bombes aériennes guidées, les Fab-1500", explique Mykhailo Podolyak. "Pour éliminer ce danger, nous avons besoin d'avions et de défenses antiaériennes."

Si, au total, 45 avions F-16 ont été promis par les alliés européens, leur livraison est lente, et une longue formation des pilotes ukrainiens est nécessaire. Les premiers pourraient entrer en action au mois de juillet prochain, selon le New York Times, mais on n'en comptera au mieux que six à cette date.


Frédéric SENNEVILLE

Tout
TF1 Info