"Pas du bluff" : Poutine brandit la menace nucléaire face à un Occident qui essaie de "détruire" la Russie

Publié le 21 septembre 2022 à 9h16, mis à jour le 21 septembre 2022 à 10h35

Source : TF1 Info

Au lendemain de l'annonce de référendums d'autodétermination en territoire ukrainien, Vladimir Poutine a pris la parole.
Vladimir Poutine a justifié une "mobilisation partielle" en Russie face à une menace de "l'Occident".
Il a par ailleurs rappelé que la Russie était dotée de l'arme nucléaire et qu'elle ne manquerait pas de l'utiliser si nécessaire.

La réaction de Vladimir Poutine ne s'est pas faite attendre. Au lendemain de l'annonce de référendums d'autodétermination par les autorités séparatistes pro-russes en territoire ukrainien, le président russe a pris la parole pour apporter son soutien dans une allocation de quatorze minutes diffusée ce mercredi matin 21 septembre sur la télévision russe. Au-delà des mots, il a déclaré que ce soutien allait se matérialiser par une "mobilisation partielle" de la population russe pour soutenir l'effort de guerre.

Si nos intérêts sont menacés, nous utiliserons toutes les armes à notre disposition
Vladimir Poutine

"Nous n’avons pas le droit de laisser ces populations à la merci des barbares. Il faut que ces populations aient le droit à l’autodétermination", a raconté le président russe, assurant que "les autorités militaires de ces territoires ont pris la décision souveraine de se tourner vers nous" afin d'obtenir de l'aide.

Justifiant la nécessité de soutenir les habitants pro-russes sur les territoires ukrainiens de Lougansk, de Donetsk, de Kherson et de Zaporijia, contrôlés par la Russie pour le moment mais menacés par une contre-offensive ukrainienne, Vladimir Poutine a donc demandé que les réservistes russes, ainsi que ceux qui ont des compétences militaires, soient mobilisés. Le décret qui doit mettre en vigueur cette mobilisation rentre en vigueur immédiatement. 300.000 hommes sont concernés, selon les premières déclarations du ministre de la Défense.

Le président russe a expliqué cet effort par une menace qui serait créée par "l'Occident". "L’objectif de cet Occident est d’affaiblir, de diviser et de détruire notre pays", a-t-il déclaré. Accusant encore les pays occidentaux de "frappes" sur le territoire russe, il les a accusés d'aider l'Ukraine "à se montrer encore plus agressive". "Ils sont là pour écraser notre pays", a-t-il encore prévenu.

Semblant cette fois s'adresser à ces adversaires, le chef du Kremlin a rappelé que la Russie était dotée de l'arme nucléaire. "Si les intérêts de la Russie sont menacées, nous utiliserons toutes les armes à notre disposition. Notre souveraineté sera défendue par tous les moyens nécessaires", a martelé Vladimir Poutine avant de conclure, menaçant : "Nous avons l’habitude d’arrêter ceux qui menacent notre patrie, nous allons continuer à le faire et je compte sur votre soutien".


Aurélie LOEK

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info