La basketteuse Brittney Griner libérée des geôles russes contre un trafiquant d'armes

Qui est Viktor Bout, le marchand d'armes russe échangé contre la basketteuse américaine Brittney Griner ?

Publié le 13 août 2022 à 19h15, mis à jour le 8 décembre 2022 à 15h02
JT Perso

Source : TF1 Info

Longtemps considéré comme le plus grand marchand d’armes au monde, Viktor Bout a écopé de 25 ans de prison aux États-Unis en 2012.
Il retrouve sa liberté ce jeudi, suite à son échange contre la basketteuse américaine Brittney Griner, qui rentre aux États-Unis après plusieurs mois de détention en Russie pour "trafic de drogue".
Viktor Bout a notamment inspiré le personnage principal du film "Lord of War" en 2005.

"Seigneur de guerre" ou simple homme d'affaires qui louait des véhicules sans savoir ce qu'il transportait ? Viktor Bout, aussi surnommé "marchand de mort", retrouve sa liberté dans le cadre d'un échange de prisonniers entre les États-Unis et la Russie, sous la houlette des Émirats arabes unis, annoncé ce jeudi 8 décembre par les deux pays. 

Incarcéré aux États-Unis pour trafic d'armes en 2012, le marchand d'armes russe était au cœur des négociations entre Moscou et Washington portant sur la basketteuse Brittney Griner, condamnée à 9 ans de détention pour "trafic de drogues" en Russie, et le soldat Paul Whelan, qui purge une peine de seize ans de prison dans un camp "à régime sévère" pour "espionnage".

"Le 8 décembre 2022, à l'aéroport d'Abou Dhabi, la procédure d'échange du citoyen russe Viktor Bout contre la citoyenne américaine Brittney Griner, qui purgeaient respectivement des peines dans des établissements pénitentiaires aux États-Unis et en Russie, a été accomplie avec succès", a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères sur Telegram. Des informations confirmées par Joe Biden lors d'une allocution télévisée à retrouver dans la vidéo en tête de cet article. 

Un jeune officier reconverti dans le trafic d'armes

Incarcéré aux Etats-Unis depuis 2012, Viktor Bout est considéré comme l'un des plus grands trafiquants d'armes au monde. Il est né en 1967 à Douchanbé, actuelle capitale du Tadjikistan, qui faisait à cette époque partie de l'URSS. Polyglotte, Bout maîtrise dix langues, ce qui lui permet de travailler comme interprète dans l'aviation russe à la sortie de ses études.

En 1991, quand l'URSS s'effondre et que son unité est dissoute, Bout se reconvertit dans le trafic d'armes. Il est alors âgé de 24 ans et profite des offres à bas prix des armes soviétiques. Il récupère de nombreux avions et hélicoptères, s'installe en Belgique et loue les engins au prix fort.

Si l'entreprise dépose rapidement le bilan en Belgique, il continue de développer sa flotte d'avions. Grâce à de multiples sociétés écran, il crée plusieurs compagnies aériennes dans des pays peu regardants, et livre illégalement des armes dans de nombreuses zones tendues dans les années 1990 : Liberia, Sierra Leone, Rwanda, République Démocratique du Congo, Afghanistan, Colombie, Philippines. Il est également fortement soupçonné d'avoir fourni des armes au Soudan durant la guerre civile du Darfour, violant l'embargo sous lequel se trouvait le pays.

Lire aussi

Des livraisons d'armes illégales

Ses grandes capacités logistiques l'ont aussi amené à transporter des hommes et du matériel de l'ONU en Somalie en 1993, ou encore en 1994 au Rwanda. En 2001, alors qu'il est sous le coup d'un mandat d'arrêt international et fait l'objet de sanctions de la part de l'ONU, Bout se réfugie à Moscou, où il échappe aux tentatives d’arrestation grâce à ses cinq passeports, ses différentes identités et de puissants appuis. En 2002, la Belgique dépose une plainte pour le blanchiment de 325 millions de dollars.

Lors du dépôt d’une demande de sanction au conseil de sécurité des Nations unies contre les trafiquants d’armes, la France le mentionne nommément, mais les États-Unis le font retirer. À la même période, en 2003, après l'invasion de l'Irak par les États-Unis, ses avions fournissent une aide logistique à l'armée américaine. Il en fera de même en Afghanistan. 

 Ce n’est qu’en avril 2005 que le département du Trésor américain gèle ses comptes aux États-Unis. Arrêté en Thaïlande en 2008, Viktor Bout est extradé vers les États-Unis en 2010 pour être jugé pour trafic d'armes avec les Farc et complot envers les ressortissants américains - une extradition jugée illégale par la Russie. Il écope de 25 ans de prison et d'une amende de 15 millions de dollars, peine minimale pour les crimes qui lui sont imputés.

En 2005, Bout a même inspiré le personnage principal du film "Lord of War", incarné par Nicolas Cage en 2005.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info