Guerre en Ukraine : au moins six morts après des frappes russes massives

par Benoît LEROY avec AFP
Publié le 9 mars 2023 à 14h46

Source : TF1 Info

Plus de 80 missiles ont visé l'Ukraine, ce jeudi 9 mars, 34 d'entre eux ont été abattus.
La Russie affirme avoir utilisé des Kinjal, des missiles hypersoniques, ce jeudi.
La centrale nucléaire de Zaporijia a été momentanément coupée du réseau électrique, et l'AIEA s'alarme.

Des dizaines de missiles russes envoyés vers l'Ukraine. Jeudi 9 mars, au moins six personnes sont mortes après des frappes russes massives sur l'ensemble du pays. Selon Moscou, ces bombardements ont été effectués à l'aide de nouveaux missiles hypersoniques Kinjal. Les frappes ont, notamment, touché la centrale nucléaire de Zaporijia, qui a dû être déconnectée du réseau électrique.

À Lviv, un tir sur une zone résidentielle a tué au moins cinq personnes, a rapporté le gouverneur. Du côté de Dnipro, un trentenaire est mort à la suite de ces frappes. Enfin, à Kherson, les autorités locales ont annoncé la mort de trois personnes. Ces frappes massives, les plus importantes depuis des semaines, ont eu lieu en "représailles" à une incursion sur son territoire le 2 mars de "saboteurs" ukrainiens, explique la Russie. 

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dénoncé les "misérables tactiques" russes après des bombardements qui ont touché neuf régions du pays, dont sa capitale Kiev, et visé des infrastructures énergétiques. "La Russie essaye de détruire complètement les infrastructures civiles de l'Ukraine, voilà pourquoi il faut (lui) fournir de quoi se défendre", a réagi le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, depuis Stockholm (Suède).

Plusieurs missiles Kinjal utilisés lors de ces frappes

Dans la matinée, l'armée ukrainienne a révélé avoir abattu 34 des 81 missiles lancés par Moscou, et quatre drones explosifs Shahed de fabrication iranienne. Un taux d'interception plus faible que lors des précédents assauts russes qui pourrait être lié à l'utilisation des missiles hypersoniques Kinjal. Après un premier test réussi en 2018, ce missile est désormais déployé sur les avions de chasse des forces russes. Il peut atteindre une cible située jusqu'à 2000 km et peut atteindre une vitesse de Mach 10, dépassant les 10.000 km par heure. 

Depuis octobre dernier, après le succès de la contre-offensive ukrainienne, la Russie bombarde régulièrement avec des missiles et des drones des installations énergétiques clés d'Ukraine, plongeant des millions de civils dans le noir et le froid. Ces frappes s'étaient raréfiées depuis plusieurs semaines. 

Autre conséquence de ces attaques, la centrale nucléaire de Zaporijia - la plus grande d'Europe - a été coupée du réseau électrique ukrainien, selon l'opérateur ukrainien Energoatom, qui a averti du risque d'un accident nucléaire dans cette configuration. En début d'après-midi, la société a confirmé le rétablissement de l'alimentation électrique sur le site.  

"On joue avec le feu et si nous permettons à cette situation de se prolonger, un jour notre chance va tourner", a prévenu depuis Vienne le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi. L'administration d'occupation russe, qui tient la centrale depuis mars 2022, a confirmé le lancement de ses générateurs diesel, mais a indiqué que cette mesure était liée à un "court-circuit" sur une autre ligne électrique, sans en préciser la cause.


Benoît LEROY avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info