"Les troupes russes se retirent progressivement de Crimée", a estimé le président ukrainien Volodymyr Zelensky, mardi, dans un message publié sur les réseaux sociaux.
En Russie, l'opposant à Vladimir Poutine a encore une fois été isolé dans sa colonie pénitentiaire, tandis qu'un autre opposant a été condamné à sept ans de prison.
Retrouvez les faits marquants des dernières 24 heures.

Volodymyr Zelensky veut accentuer la pression sur la Crimée. "La marine russe ne peut plus opérer dans l’ouest de la mer Noire et se retire progressivement de Crimée", a estimé le président ukrainien dans un message publié sur les réseaux sociaux, mardi 24 octobre au soir. L'Ukraine, qui a intensifié ses frappes sur la région annexée par la Russie en 2014, entend continuer de mettre la pression dans cette zone sur Moscou. 

"Pendant des années, la flotte russe et son contrôle sur la mer Noire ont créé l’illusion d’une domination insurmontable", a continué le président ukrainien. "La relocalisation de centaines de milliers de Russes et l’oppression massive ont créé l’illusion d’une Crimée soumise. Les illusions disparaissent maintenant. Nous les faisons disparaître." Parmi les mouvements militaires importants ces derniers mois dans la péninsule, une puissante frappe ukrainienne sur le quartier général de la flotte russe en Mer Noire, basé à Sébastopol, qui avait causé de nombreux dommages aux troupes de Moscou.

Navalny encore une fois isolé en prison

Les opposants russes muselés. Avec la guerre en Ukraine, la critique du pouvoir est de plus en plus réprimée en Russie. La journée de mardi a été marquée par plusieurs mesures d'oppression envers les opposants à Vladimir Poutine dans le pays. En prison depuis 2022, Alexeï Navalny a été une nouvelle fois sanctionné dans sa prison, en étant placé à l'isolement "pour 12 jours", a-t-il indiqué sur son compte X. Cette mesure intervient un jour après qu'il se voit vu retiré son matériel d'écriture, son seul moyen de communication avec le monde extérieur.

Dans le même temps, un autre opposant russe, Mikhaïl Kriger, a vu sa peine de sept ans de prison confirmée en appel, selon plusieurs associations de lutte pour les droits humains. Selon l'ONG Memorial, cet homme a proclamé peu avant la sentence que le président russe Vladimir Poutine était le "terroriste N°1 dans le monde" et lancé dans la salle "Slava Oukraïni !", soit "Gloire à l'Ukraine". Il était notamment jugé pour un message publié sur les réseaux sociaux en 2022, dans lequel il disait vouloir voir Vladimir Poutine pendu.

L'Allemagne continue d'apporter son soutien à l'Ukraine. Le chancelier allemand Olaf Scholz a rappelé mardi que son pays continuerait à soutenir de manière importante l'Ukraine ces prochains mois, malgré l'attention portée au conflit entre Israël et le Hamas depuis début octobre. "Nous soutenons l'Ukraine économiquement, financièrement, avec une aide humanitaire, mais aussi avec des armes", a promis le dirigeant, au cours d'un forum économique germano-ukrainien à Berlin.

"Ce soutien ne sera en aucun cas affecté par le fait que, depuis les horribles heures du matin du 7 octobre, nous sommes tournés vers Israël et le Moyen-Orient avec la plus grande compassion et la plus grande inquiétude", a-t-il par ailleurs assuré. L'Allemagne est au deuxième rang des pays pourvoyeurs d'aide financière et militaire à l'Ukraine, derrière les États-Unis.


T.A.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info