Plusieurs explosions ont retenti, jeudi 18 mai à l'aube, à Kiev et dans d'autres régions d'Ukraine, où la population a été priée de rester dans les abris.
Une personne a été tuée et deux autres blessées dans le port d'Odessa, sur la mer Noire, selon les autorités locales.
Ces nouvelles attaques se produisent en pleine visite d'un haut responsable chinois, censé selon Pékin discuter du "règlement politique" du conflit.

Kiev n'avait jamais vu une telle pluie de feu. Une série d'attaques aériennes "sans précédent par la puissance, leur intensité et leur variété" a touché la capitale ukrainienne, jeudi 18 mai à l'aube. Il s'agit de "la neuvième attaque aérienne consécutive depuis début mai", a annoncé l'administration civile et militaire dans un communiqué, au moment où un émissaire chinois dépêché par Pékin, Li Hui, ancien ambassadeur à Moscou, est censé discuter d'un "règlement politique" du conflit.

Des missiles de croisière ont été lancés par des bombardiers stratégiques russes venus de la région de la mer Caspienne, et des drones de reconnaissance ont ensuite survolé Kiev, a-t-elle rapporté. "Toutes les cibles ennemies dans l'espace aérien ont été détectées et détruites", ont affirmé les autorités locales. Sur Telegram, le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a indiqué qu'un incendie s'est déclaré dans une entreprise à la suite d'une chute de débris, mais aucun blessé n'a été signalé. 

Moscou revendique un succès

Si ce raid russe sur Kiev, d'une rare intensité, a pu être repoussé, ce n'est pas le cas partout ailleurs. Alors que la capitale ukrainienne était attaquée, plusieurs autres régions ont été prises pour cible. Une personne a ainsi été tuée et deux autres blessées dans le port d'Odessa, sur la mer Noire, lors d'une offensive contre un site industriel, selon l'administration militaire régionale. L'armée a aussi fait état d'attaques de "missiles de croisière" dans la région de Vinnytsia, dans le centre du pays. Les médias locaux ont évoqué des explosions à Khmelnytskyï, à une centaine de kilomètres plus à l'ouest.

De son côté, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir "atteint" et "détruit" toutes les cibles de ses frappes nocturnes, mentionnant des "stocks significatifs d'armements et de munitions"


Y.R. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info