Kiev dénonce la "terreur" de Poutine après des frappes meurtrières sur Kherson

FS avec AFP
Publié le 24 décembre 2022 à 14h04, mis à jour le 24 décembre 2022 à 14h36

Source : TF1 Info

Au moins sept personnes sont mortes et 58 autres blessées ce samedi dans le centre-ville de Kherson après une frappe russe.
Parmi les blessés, une fillette de six ans "a été emmenée à l'hôpital", selon le gouverneur local.
Volodymyr Zelensky a dénoncé un acte de "terreur" de la part de Moscou, à la veille de Noël.

Un acte de "terreur" en plein réveillon. Une frappe russe dans le centre de Kherson a fait au moins sept morts et 58 blessés ce samedi 24 décembre, dix mois jour pour jour après le début de l'invasion des troupes de Moscou, a annoncé le gouverneur régional, Iaroslav Ianouchevitch, dans un bilan toujours provisoire. Parmi les victimes, 18 "ont été hospitalisées avec des blessures graves".

Ville libérée mais bombardée

Une équipe de l'AFP qui se trouvait dans le centre-ville de Kherson a pu témoigner de la série de frappes qui ont notamment touché le marché central et les rues adjacentes, très fréquentées le samedi matin et tout particulièrement en cette veille de Noël. Près du marché, un homme était grièvement blessé à la tête et sa voiture avait été soufflée par la puissance de l'explosion. Plusieurs autres blessés se trouvaient non loin. Une femme âgée, vêtue d'un manteau rouge, était sans vie à quelques mètres de là, les bras en croix. Deux hommes étaient inertes à un passage piéton.

Malgré sa libération le 11 novembre, après huit mois d'occupation russe, la ville retombée sous le contrôle ukrainien est toujours la cible régulière de frappes russes. "C'est la vraie vie de l'Ukraine et des Ukrainiens", comme l'a écrit Volodymyr Zelensky sur Twitter. Dans une publication sur les réseaux sociaux, le président ukrainien a dénoncé un acte de "terreur" russe, accompagnant son message de clichés montrant l'ampleur des dégâts. "Le matin, le samedi, à la veille de Noël, dans le centre-ville. Ce ne sont pas des installations militaires. Ce n'est pas une guerre selon les règles définies. C'est la terreur, c'est tuer pour intimider et (prendre) du plaisir", a-t-il fustigé sur les réseaux sociaux. "Le monde doit voir et comprendre contre quel mal absolu nous luttons", a encore déploré Volodymyr Zelensky, qualifiant une nouvelle fois l'armée russe de "terroriste".

Dans la ville, des bruits de bombardements étaient toujours audibles en milieu de journée, selon l'équipe de l'AFP. Des flammes s'élevaient aussi du marché. 


FS avec AFP

Tout
TF1 Info