Ukraine : neuf mois de guerre

Guerre en Ukraine : l'armée de Kiev "a repris l'ascendant sur les Russes"

La rédaction de TF1 Info
Publié le 5 octobre 2022 à 10h18
JT Perso

Source : TF1 Info

Invité ce mercredi sur LCI, le général Jean-Paul Paloméros, ancien commandant suprême Otan, a décrypté les avancées de l'armée de Kiev dans l'est du pays.
Selon le général, la bataille de Kherson va être un élément majeur du conflit.

"Les Ukrainiens ont repris l'ascendant, l'initiative". Invité sur LCI ce mercredi, le général Jean-Paul Paloméros a salué la percée des forces de Kiev dans l'est du pays. Selon l'ancien commandant suprême de l'Otan, Vladimir Poutine, dont l'armée fait face à plusieurs contraintes, peine à tenir un front de plus de 1000 km.

"La tactique des Ukrainiens est très intelligente : ils veulent prendre les villes au nord de Kherson et progresser en isolant. Les Russes ont peur de l'encerclement", a estimé le général. Selon ce dernier, la bataille pour Kherson sera "un élément majeur du conflit". Peut-on pour autant parler d'effet domino ? "La victoire redonne le moral", reconnaît l'ancien chef de l'Otan. Avant de mettre en garde : "Il ne faut pas qu'elle enivre."

"C'est la maladie des dictateurs"

"Une des faiblesses de Vladimir Poutine est de tout faire en même temps", a estimé Jean-Paul Paloméros. "Le front fait plus de 1000 km, il est extrêmement difficile à défendre, même pour la Russie. (…) Et les Ukrainiens sont chez eux. Ils connaissent le terrain." Autre faiblesse de l'armée russe : le manque de motivation des troupes. "Pourquoi les soldats russes se battraient en Ukraine, une fois compris qu'ils ne libéraient pas le pays ? Il y a une désorganisation, un manque d'aptitude au commandement, à prendre une décision en temps réel…"

Lire aussi

Poutine, mauvais chef de guerre ? "C'est la maladie des dictateurs", souligne le général en évoquant l'isolement du dirigeant russe. Lequel souligne l'impossibilité pour les généraux de faire remonter les difficultés sur le terrain : "Il est difficile, quand on est sous une chape de plomb, d'évoquer les problèmes sur le front."


La rédaction de TF1 Info

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info