L'info passée au crible
Verif'

La rencontre entre des mères de soldats russes et Vladimir Poutine a-t-elle été orchestrée de toutes pièces ?

Publié le 26 novembre 2022 à 13h27
JT Perso

Source : Le JT

Lors d’une rencontre, des mères de soldats ont pu échanger avec le président russe.
L’une d’elle a brandi la photo de son fils, qui serait mort... en 2019.
Certains en profitent pour qualifier la réunion de mise en scène.

À l’occasion de la fête des mères en Russie, le 27 novembre, Vladimir Poutine a voulu montrer qu’il entendait la colère de ces femmes ayant perdu un fils en Ukraine ou dont le fils a été envoyé au combat. Depuis sa résidence de Novo-Ogaryovo, le président russe a donc rencontré 17 mères de "militaires qui ont participé à une opération militaire spéciale", selon le Kremlin. Le tout filmé et retransmis à la télévision. 

Mais des voix se sont élevées contre cette rencontre, qui aurait été orchestrée de toutes pièces, avec des participantes triées sur le volet. Le comité russe des mères et des épouses n’a, par exemple, pas été convié à l’événement, selon sa fondatrice qui a interpellé Vladimir Poutine. Pour appuyer ces accusations de mise en scène, l’extrait vidéo d’une mère, présente autour de la table et brandissant la photo de son fils mort au combat, circule. L’homme serait mort non pas en 2022 au cours de l'invasion russe, mais en 2019, d’après ce compte Twitter pro-ukrainien.

A gauche au premier plan, la mère du soldat russe tué dans le Donbass
A gauche au premier plan, la mère du soldat russe tué dans le Donbass - Kremlin

La femme de cette vidéo est présentée par le Kremlin, dans des échanges retranscrits, comme étant Natalya Pshenichkin. Son fils, Konstantin Valerievich, serait "mort dans l'une des batailles du matin pour défendre la ville" de Kirovsk, dans la région de Lougansk, face aux "Ukronazis". Cette femme explique alors venir de cette région séparatiste prorusse, annexée illégalement par Moscou en février 2022. Elle ne précise pas quand son fils, qui aurait reçu une médaille"à titre posthume", a été tué, mais laisse entendre que c’est arrivé avant le 30 septembre dernier. "Les avantages dont bénéficient actuellement les militaires russes ou les familles des victimes seront-ils étendus aux familles des victimes avant le 30 septembre ?", demande-t-elle.

Une mère de soldat brandit la photo de son fils, Konstantin V. Pschenichkyn
Une mère de soldat brandit la photo de son fils, Konstantin V. Pschenichkyn - capture écran

L'identité de l'homme qu'elle montre en photo et qu'elle présente comme son fils est bien Konstantin Valerievich Pshenichkin. Et en effet, ce dernier n’est pas mort récemment, mais a bien reçu une médaille pour avoir combattu pour la Russie, comme l’indique ce reportage publié en 2021 par le Musée d'histoire et d'art de Kirovsk. Consacré aux "fils fidèles de la patrie", il rend hommage à plusieurs soldats, dont le "fils de Nina Pshenichkin, tué en avril 2019".  À 2m11, la voix off indique alors : "Il n'avait même pas 40 ans. Pshenichkin avait des blessures incompatibles avec la vie". Ainsi, la mère du soldat tué ne s’appelle plus Natalya, mais Nina.

La mère, le fils et la belle-fille fichés par une ONG

Elle et son fils ont des fiches à leur nom sur le site d'une ONG de surveillance ukrainienne, le Centre de recherche sur les signes de crimes contre la sécurité nationale de l'Ukraine. Né le 23 décembre 1979, Konstantin V. Pshenichkin est présenté comme un combattant "liquidé" le 13 avril 2019. Née en 1946, sa mère, elle, est considérée comme une "activiste-propagandiste de l'organisation terroriste LPR", la république populaire de Lougansk. Une autre fiche renvoie vers Natalya Sergeevna Pshenichkin, née en 1980 et membre de la commission électorale de la circonscription de Lougansk. Elle est présentée comme la belle-fille de Nina et donc probablement la veuve de Konstantin V. 

En bas à gauche, la photo de Konstantin V. dans un reportage sur les "Fils fidèles de la patrie" au musée de Kirovsk
En bas à gauche, la photo de Konstantin V. dans un reportage sur les "Fils fidèles de la patrie" au musée de Kirovsk - capture écran / Youtube

En résumé, la femme ayant échangé avec Vladimir Poutine s’apparente à une séparatiste prorusse, ayant bien perdu son fils au combat mais lors de la guerre dans le Donbass et non dans le cadre de la mobilisation partielle, annoncée en septembre. Comme le révèle un média ukrainien, d’autres femmes l’accompagnant à cette rencontre semblent être des proches du Kremlin, ou en tout cas des femmes acquises à sa cause "vivant et travaillant à Moscou", plutôt que des mères de soldats choisies au hasard. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline QUEVRAIN

Tout
TF1 Info