Ukraine : neuf mois de guerre

Guerre en Ukraine : les citoyens russes bientôt privés de visa dans l'ensemble des pays européens ?

C. D. A. avec AFP
Publié le 14 août 2022 à 17h44
JT Perso

Source : TF1 Info

Les autorités ukrainiennes réclament que l'Union européenne prive les citoyens russes de visa.
Cette interdiction, qui divise, sera discutée à la fin du mois d'août.

Les citoyens russes seront-ils bientôt persona non grata au sein de l'Union européenne ? C'est ce que réclame le chef de la diplomatie tchèque, Jan Lipavsky, dont le pays préside le Conseil de l'UE. Le ministre des Affaires étrangères souhaite en effet introduire de nouvelles sanctions contre Moscou et interdire de visas les ressortissants du pays. "L'interdiction totale des visas russes par tous les États membres de l'UE pourrait être une autre sanction très efficace contre la Russie", a ainsi plaidé Jan Lipavsky.

Les réticences de la Commission européenne

La mesure, également soutenue par les autorités ukrainiennes, sera discutée à la fin du mois d'août au sein de l'UE, mais elle divise largement au sein des Vingt-Sept. Si le ministre tchèque estime qu'en "cette période d'agression russe, que le Kremlin ne cesse d'intensifier, il ne peut être question de tourisme comme à l'ordinaire pour les citoyens russes", la Commission européenne n'a pas caché ses réticences face à des sanctions qui pénaliseraient tous les ressortissants sans permettre de protéger les dissidents, les journalistes et les familles. "Les États-membres disposent d'une marge importante pour la délivrance de visas pour les courts séjours et ils examinent les demandes au cas par cas sur la base de leurs mérites", a rappelé une de ses porte-paroles.

Les discussions s'annoncent donc tendues fin août, alors que les sanctions européennes doivent être adoptées à l'unanimité des États-membres. De son côté, la République tchèque a cessé de délivrer des visas aux Russes dès le 25 février, au lendemain de l'invasion de l'Ukraine par Moscou. 

Visiter l'Europe est un privilège, pas un droit humain

Kaja Kallas, première ministre estonienne

Les déplacements des citoyens russes en Europe se sont déjà compliqués depuis le 28 février, avec l’arrêt des vols entre la Russie et l’UE. Depuis, les voyageurs qui souhaitent entrer dans l'espace Schengen doivent arriver par les frontières terrestres. Mais la plupart des pays frontaliers ont pris la décision de ne plus délivrer de visa aux citoyens Russes : c'est le cas de l'Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie et de la Pologne. "Visiter l'Europe, c'est un privilège, pas un droit humain", a ainsi déclaré Kaja Kallas, Première ministre estonienne, sur Twitter. 

Lire aussi

En Finlande, qui est la dernière porte d'entrée vers l'espace Schengen, le nombre de touristes russes a bondi, atteignant 185.000 personnes en juillet. La législation du pays ne permettant pas une interdiction totale des visas en fonction de la nationalité, le gouvernement plaide pour une décision européenne.

L'UE a déjà inscrit plus d'un millier de Russes, dont le président Vladimir Poutine et de nombreux oligarques, sur sa liste noire des personnes interdites d'entrée et restreint les délivrances de visa de court séjour pour les responsables liés au régime depuis fin février.


C. D. A. avec AFP

Tout
TF1 Info