Russie : Vladimir Poutine est "en très bonne santé", selon le patron de la CIA

Annick Berger avec AFP
Publié le 21 juillet 2022 à 10h08

Source : 24H PUJADAS, L'info en questions

La santé de Vladimir Poutine est l'objet de toutes les attentions dans la communauté internationale.
Alors que certaines rumeurs le disent malade, le directeur de la CIA a démenti ces informations.
Il a affirmé qu'il n'existait aucune preuve que le chef du Kremlin souffre d'une quelconque maladie grave.

C'est un secret particulièrement bien gardé en Russie : quel est l'état de santé de Vladimir Poutine ? Depuis le début de la guerre en Ukraine, le 24 février dernier, les rumeurs et autres spéculations vont bon train concernant l'état de forme du chef du Kremlin. Certains ont ainsi affirmé que le dirigeant souffrait d'un cancer ou d'une maladie grave et que ses jours étaient comptés. Des affirmations impossibles à vérifier tant la sécurité et la culture du secret sont présentes autour de Vladimir Poutine.

Des rumeurs que le directeur de la CIA a toutefois jugées infondées, jeudi. Selon William Burns, aucun renseignement ne permet en effet de penser que le dirigeant russe, qui fêtera ses 70 ans cette année, est instable ou en mauvaise santé. Le patron des renseignements américains a ajouté, lors du Forum sur la sécurité d'Aspen, dans le Colorado, qu'il n'existait aucune preuve attestant une possible maladie de Vladimir Poutine qui semble "en trop bonne santé".

Restaurer la Russie entant que grande puissance

"Il y a beaucoup de rumeurs sur la santé du président Poutine et, pour autant que nous puissions le dire, il est en très bonne santé", a déclaré le directeur de la CIA selon la BBC. Répondant aux rires, il a ajouté qu'il ne s'agissait pas d'un jugement officiel des services de renseignement. William Burns, qui a été ambassadeur à Moscou, a déclaré qu'il observait et traitait avec le dirigeant russe depuis plus de deux décennies. Vladimir Poutine est "un grand adepte du contrôle, de l'intimidation et de la vengeance" et ces caractéristiques se sont durcies au cours de la dernière décennie à mesure que son cercle de conseillers s'est réduit, a ajouté le chef de la CIA.

"Il est convaincu que son destin en tant que dirigeant de la Russie est de restaurer la Russie en tant que grande puissance. Il pense que la clé pour y parvenir est de recréer une sphère d'influence dans le voisinage de la Russie et il ne peut y parvenir sans contrôler l'Ukraine", a enfin estimé le chef du renseignement américain.

"Le défi que pose la Russie va durer"

Ses commentaires viennent confirmer ceux du chef d'état-major des armées britannique, l'amiral Tony Radakin. La semaine dernière, il s'est inscrit en faux contre des rumeurs concernant la santé du président russe ou la possibilité qu'il puisse être assassiné. "Je pense que certains commentaires sur le fait qu'il (Poutine) ne soit pas en bonne santé ou qu'il finisse par se faire assassiner, et bien je pense que se sont des vœux pieux", a déclaré vendredi sur la BBC Tony Radakin dans une interview diffusée dimanche. 

"En tant que professionnels militaires, nous voyons un régime relativement stable en Russie, le président Poutine a été en mesure d'étouffer toute opposition (...) et personne au sommet n'a la motivation de le défier", a-t-il soutenu. Selon lui, "le défi que pose la Russie va durer" potentiellement pendant "des décennies en termes de menace" et le Premier ministre qui succèdera à Boris Johnson, démissionnaire, devra être conscient que la Russie est "la plus grande menace" pour le Royaume-Uni. 

Concernant l'offensive menée par le Kremlin en Ukraine, le patron de la CIA a, de son côté, affirmé que le dirigeant russe était totalement aveuglé. "Poutine croit vraiment à sa rhétorique", a affirmé William Burns. "Je l'ai entendu dire en privé au fil des ans que l'Ukraine n'est pas un vrai pays". Les États-Unis estiment les pertes russes à environ 15.000 soldats tués depuis le début du conflit il y a cinq mois et environ 45.000 blessés. De son côté, l'armée britannique estime que la Russie a "perdu plus de 30% de son efficacité au combat terrestre".  "Cela signifie que 50.000 soldats russes sont morts ou ont été blessés dans ce conflit, que près de 1700 chars russes ont été détruits, que près de 4000 véhicules blindés appartenant à la Russie ont été détruits", a affirmé de son côté Tony Radakin.


Annick Berger avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info