Ukraine : plus de 500 jours de guerre

Ukraine : ce que l'on sait de l'incursion de "saboteurs" en Russie

par T.G.
Publié le 3 mars 2023 à 17h17
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : TF1 Info

Les services russes de sécurité ont annoncé jeudi avoir repoussé vers l'Ukraine des "saboteurs" ukrainiens infiltrés dans le sud-ouest du pays.
Ils auraient ouvert le feu sur une voiture en tuant deux civils et blessant un enfant, selon Moscou.
Si Kiev réfute cette attaque, des vidéos circulent montrant des hommes revendiquer une infiltration sur le sol russe.

Et si le conflit en Ukraine s'étendait sur le sol russe ? Après le bombardement de bases aériennes en décembre dernier et plusieurs cas de missiles tombés du côté russe de la frontière, une incursion terrestre est désormais dans le viseur de Moscou. À la manœuvre, des "néonazis" et des "terroristes" dixit Vladimir Poutine, qui auraient agi mercredi dans la région de Briansk. 

C'est en tout cas ce que Moscou affirme ce vendredi. Des informations à prendre avec des pincettes, peu de détails ayant filtré sur cette opération militaire. Le FSB, héritier du KGB, est néanmoins formel : il s'agit de "saboteurs" ukrainiens qui se sont infiltrés dans cette région du sud-ouest du pays et qui ont ouvert le feu sur une voiture. Ils ont tué deux civils et blessé un enfant, selon Moscou. Selon le FSB, un "grand nombre d'explosifs" ont été découverts et des opérations de déminage étaient en cours.

"Nous les écraserons"

Deux vidéos publiées sur les réseaux sociaux permettent d'en savoir plus. On y voit quatre hommes en treillis se présentant comme des membres d'un groupe de "volontaires russes" au sein de l'armée ukrainienne revendiquer une infiltration dans la région de Briansk. Dans ces vidéos virales, dont l'AFP n'a pas pu vérifier l'authenticité, les hommes posent devant le panneau du village de Lioubiétchané. Ils nient avoir pris des otages ou tué des civils, et critiquent Moscou. Ils précisent appartenir à une unité de combattant pour Kiev, réputée d’extrême droite, qui aurait intégré durant un certain laps de temps le bataillon ukrainien Azov.

Un autre village aurait été concerné par l'incursion : celui de Souchany. Selon le gouverneur régional, Alexandre Bogomaz, une attaque au drone a provoqué l'incendie d'une maison. Des tirs de mortier auraient aussi endommagé deux maisons dans la localité de Lomakovka, également dans la région de Briansk. Enfin, dans la région de Koursk, elle aussi frontalière de l'Ukraine, une personne a été tuée dans un bombardement ukrainien sur le village de Tetkino, selon les autorités.

Lire aussi

Dans la soirée, le FSB a affirmé que la situation était "sous contrôle", "les nationalistes ukrainiens" ayant été repoussés vers l'Ukraine et visés là-bas par "une frappe massive d'artillerie". Dans une allocution retransmise à la télévision, Vladimir Poutine a dénoncé une attaque commise par des "néonazis" et des "terroristes" ayant "ouvert le feu sur des civils". "Nous les écraserons", a-t-il lancé. Quel crédit accorder à ces allégations ? Kiev a démenti toute incursion et accusé les autorités russes de "provocation" visant à justifier leur offensive militaire contre l'Ukraine. 

Pour autant, le pouvoir ukrainien a pour habitude depuis le début du conflit de ne jamais évoquer ses rares opérations sur le sol de son ennemi. Ces dernières auraient pourtant tendance à se multiplier : Moscou a rapporté cette semaine une recrudescence d'incursions de drones ukrainiens sur le territoire russe et en Crimée annexée. Un appareil s'est même écrasé, pour la première fois, dans la région de la capitale.


T.G.

Tout
TF1 Info