Guerre en Ukraine : un journaliste français tué par un bombardement russe

Publié le 30 mai 2022 à 16h34, mis à jour le 30 mai 2022 à 23h36

Source : JT 20h Semaine

Un journaliste français a été tué en Ukraine ce lundi, annonce Emmanuel Macron sur Twitter.
Frédéric Leclerc-Imhoff a été touché par un éclat d'obus alors qu'il se trouvait sur le site d'une évacuation de civils, rapporte l'ONG Reporters sans frontières.
La ministre des Affaires étrangères, elle-même présente dans le pays, accuse la Russie du bombardement.

Un journaliste français tué en Ukraine. Le président de la République Emmanuel Macron a confirmé via Twitter la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff, journaliste reporter d'images (JRI) indépendant, qui travaillait pour BFMTV. Selon la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, elle-même présente dans la pays ce 30 mai, il est décédé à la suite d'un bombardement de l'armée russe.

Sa mort "alors qu'il couvrait une opération ukrainienne d'évacuation près de Severodonetsk est profondément choquante", a réagi dans un communiqué la cheffe de la diplomatie française. "La France exige qu'une enquête transparente s'engage dans les meilleurs délais pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame."

En début d'après-midi, l'organisation non gouvernementale Reporters sans frontières (RSF), qui se basait sur les propos du gouverneur de Lougansk, à l'est de l'Ukraine, avait précisé que le journaliste avait été victime d'un éclat d'obus, alors qu'il filmait une évacuation de civils.

Le journaliste touché au cou

Selon le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, Frédéric Leclerc-Imhoff a été tué "sur la route entre Lissitchansk et Bakhmout, dans l'oblast de Lougansk", a-t-il précisé sur Twitter. "L'armée russe aurait tiré sur le véhicule d'évacuation où se trouvait le journaliste et le tir a percé le blindage. Notre confrère a été touché au cou."

Peu avant l'officialisation de son décès par les autorités françaises, Reporters sans frontières avait assuré être "en contact avec les dirigeants de son média", avant de donner son nom. "Nous nous renseignons sur la situation de son collègue qui constituait un binôme avec lui", avait ajouté Christophe Deloire.


Idèr NABILI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info