Un auteur et chercheur indépendant met en avant la récente condamnation d'une enseignante russe.
Celle-ci aurait été visée par la justice après avoir fait imprimer une page Wikipédia dédiée au conflit en Ukraine.
Si l'information est surtout relayée par des sources pro-ukrainiennes, elle est attestée côté russe par le site du tribunal qui a instruit l'affaire.

Peut-on à cause de quelques clics se retrouver devant la justice lorsque l'on vit en Russie ? C'est ce que suggère un chercheur indépendant, qui assure sur Twitter qu'une enseignante a été poursuivie après avoir fait imprimer le contenu d'une page Wikipédia. Une information surprenante, mise en avant par des médias pro-ukrainiens mais qu'il est surtout possible d'authentifier grâce à des sources judiciaires russes.

Une amende de 30.000 roubles, soit environ 400 euros

Plusieurs sites d'information ukrainiens rapportent cette même information, ces derniers jours, à commencer par "Zona.media". Ce dernier souligne que "le tribunal de district soviétique d'Orsk a infligé une amende de 30.000 roubles à Olga Lakhman, enseignante de 50 ans de l'école des transports locale du nom de Solnechnikov, pour avoir imprimé un article de Wikipédia sur la guerre en Ukraine". Elle doit ainsi s'acquitter d'environ 350 euros.

La prévenue, apprend-on, "a plaidé non coupable et a déclaré qu'elle avait trouvé sur Internet le premier texte disponible sur l'opération militaire spéciale", euphémisme en vigueur en Russie pour désigner la guerre intentée à l'Ukraine. Elle a ajouté qu'elle "n'avait pas approfondi l'essentiel et l'avait envoyé à un collègue par e-mail, y compris pour édition". La justice l'a condamnée, "en vertu du protocole sur le 'discrédit' de l'armée (partie 1 de l'article 20.3.3 du Code des infractions administratives)", note le site pro-ukrainien.

S'il est nécessaire de faire preuve de prudence lorsque l'on se penche sur des éléments rapportés par les médias russes et ukrainiens, plusieurs éléments permettent ici de confirmer l'authenticité des informations qui nous parviennent. À commencer par un compte rendu de l'audience, publié par le tribunal en charge de l'affaire. En date du 5 mai, le document rapporte que "des documents portant sur l'invasion russe de l'Ukraine ont été trouvés sur le stand de l'une des écoles techniques d'Orsk", ces derniers contribuant à "discréditer l'utilisation des forces armées de la Fédération de Russie". Les documents en question sont les copies de la page Wikipédia consacrée au déroulé de la guerre, qui ont été découverts et saisis "en février de cette année".

Depuis le début de l'offensive russe contre l'Ukraine, l'administrateur français de Wikipédia Pierre-Yves Beaudouin a régulièrement relaté les attaques de la justice russe contre l'encyclopédie en ligne. La Fondation Wikimédia, ONG qui finance notamment la gestion de Wikipédia, a ainsi été la cible de plusieurs procès. Des articles en particulier ont chaque fois été visés, relatifs à la guerre menée par le Kremlin contre Kiev.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info