Les autorités ukrainiennes ont demandé lundi aux habitants de la ville de Novosselytsya de s'abriter après une "fuite" d'ammoniac dans une usine chimique voisine.
Vers 7h45 GMT, les services de secours ukrainiens ont rassuré, affirmant que l'accident était "terminé".

Une grosse frayeur. Tôt ce lundi, les autorités de la ville de Novosselytsya, dans le nord du pays, ont recommandé aux riverains de s'abriter après une "fuite d'ammoniac" dans l'usine chimique voisine de l'entreprise Sumykhimprom. Ce site produit plusieurs types de fertilisants chimiques, autrement appelés engrais. 

Face aux risques sanitaires, les habitants ont été priés de chercher refuge dans des caves ou des immeubles de faible hauteur pour éviter toute exposition. "L'ammoniac est plus léger que l'air, c'est pourquoi des abris, des caves et les étages inférieurs doivent être utilisés comme protection", a expliqué le gouverneur de la région de Soumy, Dmytro Jyvytsky. Il a ajouté que des équipes de secours se trouvaient sur les lieux et que la ville voisine de Soumy - environ 250.000 habitants avant la guerre - n'était pas menacée dans l'immédiat, en raison de la direction des vents. 

Quelques heures plus tard, vers 07H45 GMT, les services de secours ukrainiens ont annoncé sur les réseaux sociaux que l'accident, causé par un bombardement d'origine non précisée, était "terminé"

Un gaz extrêmement toxique

Pour rappel, l'ammoniac est un gaz indolore extrêmement toxique. Lorsqu’il est concentré, il est corrosif pour la peau, les yeux  et les poumons. Dans certains cas extrêmes, il peut même entraîner le décès. Pour ne rien arranger, iil s'agit d'une substance hautement inflammable. 

En parallèle, le porte-parole de l'armée russe, Igor Konachenkov, a affirmé lundi matin qu'il s'agissait d'une "provocation" de Kiev pour accuser Moscou de "l'emploi d'armes chimiques", assurant que l'usine avait été minée par les "nationalistes ukrainiens". La veille, le ministère russe de la Défense avait affirmé que Kiev cherchait à "empoisonner massivement les habitants de la région de Soumy, en cas d'entrée dans la ville d'unités des forces armées russes". Plus généralement, Moscou a récemment multiplié les allégations selon lesquelles l'Ukraine se préparerait à utiliser des armes chimiques et développerait un programme clandestin.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info