Invasion russe en Ukraine : Poutine refuse de céder

Viraliser le courage, ou la revanche des réseaux sociaux en Ukraine

Olivier RAVANELLO
Publié le 28 février 2022 à 16h21, mis à jour le 28 février 2022 à 16h36
FACEBOOK / @VOLODYMYR ZELENSKY / AFP

FACEBOOK / @VOLODYMYR ZELENSKY / AFP

Source : FACEBOOK / @VOLODYMYR ZELENSKY / AFP

La guerre entre la Russie et l'Ukraine est suivie en temps réel partout à travers le monde.
Sur les réseaux sociaux, des séquences rapportent en simultané ou presque les actes de résistance des Ukrainiens.
Face à la rapidité de l’attaque russe, ils ont permis à la résistance ukrainienne de se mobiliser comme jamais

REBOND. Là où De Gaulle utilisait la radio pour venir parler au cœur des foyers de France et les inciter à la Résistance, le président Zelensky en Ukraine utilise Twitter. La force de ces vidéos tournées au smartphone dans la nuit, à bout de bras pour dire avec ses ministres "on est là et on n'en bouge pas", la sincérité qui s'en dégage et encore plus l'effet mobilisateur qui en découle, sont sans commune mesure.

Dans son sillage, chaque jour, des dizaines de vidéo virales rapportent du terrain ce que les équipes de reportage seules n'arrivent pas à entièrement couvrir : la diversité des combats, des situations, des destins qui se forgent. 

Une vidéo d'un char arrêté par des civils et voilà que deux jours plus tard par un courage mimétique, les mêmes séquences se multiplient ailleurs dans le pays. Des soldats russes en armes interpellés, droit dans les yeux, par un habitant en survêtement, et c'est la peur qui recule.

Un Ukrainien claudiquant qui déplace à mains nues une mine anti-personnelle au risque d'être pulvérisé et c'est le panache cosaque qui renait.

Des vidéos de véhicules calcinés, témoins de la puissance russe stoppée net et c'est la preuve, pour ceux qui ont pris les armes (ou qui veulent les prendre), que "c'est possible", qu'ailleurs aussi le rapport du faible au fort se renverse.

Jusqu'à la dernière bravade d'un groupe de soldats ukrainiens sur une île perdue qui envoie les Russes au diable, devenant, en quelques heures, les martyrs d'une guerre à peine commencée.

Tout cela crée depuis 5 jours, (en seulement 5 jours !) une mobilisation en Ukraine, et autour de l'Ukraine, époustouflante. Là où auparavant les puissances militaires avaient l'avantage du temps dans des "guerres éclair", l'instantanéité des réseaux sociaux apporte à la résistance de quoi combler ce désavantage. Elle lui donne une arme, considérable et que Poutine n'aura jamais: elle viralise le courage.


Olivier RAVANELLO

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info