Ukraine : onze mois de guerre

Guerre en Ukraine : la Russie aurait commandé "2000 drones iraniens", accuse Zelensky

M.L (avec AFP)
Publié le 24 octobre 2022 à 18h55
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a accusé Moscou d'avoir passé une commande pour "environ 2000 Shaheds iraniens".
L'Iran et la Russie nient avoir collaboré pour l'utilisation de ces drones kamikazes en Ukraine.
"En huit mois de guerre, la Russie a utilisé près de 4500 missiles contre nous", a aussi affirmé le chef d'État ukrainien.

Les drones iraniens déployés par Moscou en Ukraine, selon Kiev. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a affirmé lundi 24 octobre que la Russie avait commandé "environ 2000 Shaheds iraniens" pour appuyer sa campagne de bombardements en Ukraine, qui visent notamment des infrastructures électriques. L'objectif de ces drones kamikazes, selon lui : venir en renfort aux forces russes, après plusieurs revers militaires sur le terrain depuis début septembre. 

Le président ukrainien n'a pas précisé si ce chiffre incluait une nouvelle commande ou le nombre total de drones iraniens achetés par Moscou à Téhéran, dont certains ont déjà été utilisés pour viser notamment des infrastructures énergétiques, selon Kiev. Toujours d'après le dirigeant ukrainien, "des instructeurs iraniens sont venus apprendre aux Russes à utiliser ces drones" avant de les utiliser en Ukraine.

Des drones contre une "aide russe au programme nucléaire iranien" ?

Plus largement, Volodymyr Zelensky a accusé, lundi, l'Iran d'avoir accepté de livrer des drones à Moscou en échange d'une "aide russe au programme nucléaire iranien". "Probablement, c'est exactement ça le sens de leur alliance", a-t-il argué. "Nous n'avons toujours pas de système de défense aérienne et de défense antimissile moderne et efficace qui pourrait sécuriser notre ciel. C'est pourquoi la Russie espère utiliser la terreur dans les airs pour compenser les pertes au sol", a-t-il encore déploré, indiquant qu'"en huit mois de guerre, la Russie a utilisé près de 4500 missiles contre nous".

Lire aussi

En septembre, l'Ukraine avait déjà réduit la présence diplomatique de l'Iran sur son sol, en représailles à des livraisons d'armes supposées de Téhéran à Moscou. De leur côté, la Russie comme l'Iran nient fermement tout partenariat sur le recours à ces drones, bien que les Occidentaux s'allient sur les accusations de Kiev. La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont réclamé vendredi une enquête "impartiale" à l'ONU sur ces armes. L'Union européenne et Londres ont par ailleurs annoncé jeudi de nouvelles sanctions contre l'Iran, des "approches provocatrices" et "destructrices" faisant partie d'un "scénario politique ciblé" aux yeux de Téhéran. 

L'Iran "se réserve le droit de répondre à toute action irresponsable et n'hésitera pas à défendre ses intérêts", a indiqué samedi dans un communiqué le porte-parole de son ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani. "Nous sommes pour la paix et un arrêt immédiat de la guerre en Ukraine par le biais d'un processus politique", a-t-il affirmé.


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info