Le Hamas libère 17 nouveaux otages : 13 Israéliens et 4 Thaïlandais

par M.G avec AFP
Publié le 25 novembre 2023 à 23h37, mis à jour le 26 novembre 2023 à 6h59

Source : TF1 Info

Après une journée mouvementée, le Hamas a libéré un deuxième groupe d'otages, samedi soir.
Ces personnes détenues pendant près de cinquante jours, 13 Israéliens et quatre Thaïlandais, sont arrivées sur le territoire de l'État hébreu.
En contrepartie, 39 Palestiniens emprisonnés ont été remis au mouvement islamiste durant la nuit suivante.

Après une journée plus que mouvementée, tout a fini par rentrer dans l'ordre. Malgré plusieurs contretemps et des désaccords qui se sont accumulés au fur et à mesure que les heures passaient, le Hamas a libéré un deuxième groupe d'otages tard dans la soirée, ce samedi 25 novembre. Quelques minutes plus tard, vers minuit heure locale (23h, heure française), l'armée israélienne a confirmé leur arrivée sur le territoire de l'État hébreu après un court passage par l'Égypte via le passage de Rafah. De quoi permettre aux familles des personnes concernées de souffler après une très longue angoisse. 

17 personnes libérées

"Treize otages israéliens ont été, ce soir, libérés par le Hamas", confirme sur LCI le colonel Olivier Rafowicz, porte-parole de l'armée israélienne. Si leur identité n'est pas encore connue, il s'agit de huit enfants et cinq femmes. "Il y a également avec eux quatre citoyens thaïlandais", ajoute le représentant de Tsahal. "L'état de santé des otages (remis au CICR) est relativement bon", précise Solenn Riou, correspondante TF1/LCI à Tel-Aviv. 

En contrepartie, 39 prisonniers palestiniens - des femmes et des adolescents de moins de 19 ans incarcérés par Israël - ont été libérés dans la foulée, a annoncé L'Autorité pénitentiaire israélienne.

Le Hamas avait annoncé dans l'après-midi retarder la libération de ce deuxième groupe d'otages, après un premier vendredi, accusant Israël de violer l'accord de trêve signé préalablement, notamment concernant les livraisons d'aide humanitaire dans le nord de Gaza. L'armée israélienne, qui a démenti tout manquement à l'accord, considère le tiers nord de la bande de Gaza comme une zone de combats abritant, selon elle, le centre des infrastructures du mouvement islamiste. 

L'accord en question, conclu avec l'appui des États-Unis, du Qatar et de l'Égypte, est entré en vigueur vendredi. Il prévoit quatre jours de trêve à Gaza en échange de la libération de 50 otages israéliens et de 150 prisonniers palestiniens. Cette pause, renouvelable, inclut aussi l'entrée d'aide humanitaire et de carburant à Gaza.


M.G avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info