Ce samedi, le rival de Benyamin Nétanyahou a posé un ultimatum au Premier ministre israélien.
Benny Gantz a donné trois semaines à son adversaire pour proposer un plan d'après-guerre à Gaza.
Si ses demandes ne sont pas satisfaites, il démissionnera du cabinet de guerre d'union nationale après l'attaque du Hams le 7 octobre.

Benyamin Nétanyahou mis sous pression par son principal rival. Benny Gantz a donné trois semaines au Premier ministre israélien pour adopter un "plan d'action" stratégique notamment sur l'après-guerre dans la bande de Gaza, faute de quoi il démissionnera. "Le cabinet de guerre doit formuler et approuver d'ici le 8 juin, un plan d'action permettant de réaliser six objectifs stratégiques d'importance nationale", a déclaré Benny Gantz lors d'un discours télévisé, s'affirmant sinon "contraint de démissionner du gouvernement". 

Chef du Parti de l'Union nationale (centre-droit) et ancien ministre de la Défense, Gantz a intégré le cabinet de guerre d'union nationale après l'attaque sans précédent menée le 7 octobre en Israël par le Hamas. Le cabinet compte cinq membres, dont les trois principaux sont Nétanyahou, Gantz et le ministre de la Défense, Yoav Gallant. 

L'un des "objectifs" du plan doit être "la mise en place d'une administration américano-européano-arabo-palestinienne qui gérera les affaires civiles" à Gaza "et posera les fondations d'une alternative future qui ne soit ni le Hamas ni (Mahmoud) Abbas", président de l'Autorité palestinienne, chassée de la bande de Gaza en 2007 par le Hamas, a expliqué Gantz. Il a aussi appelé à une normalisation avec l'Arabie saoudite "dans le cadre plus large qui permettra une alliance entre le 'monde libre' et le monde arabe contre l'Iran et ses alliés"

"Si vous choisissez la voie des fanatiques et menez la Nation entière vers l'abîme, nous serons forcés de démissionner", a menacé Gantz - ministre sans portefeuille depuis le 7 octobre - à Nétanyahou. Sans majorité parlementaire pour son parti, le Likoud, "Bibi" mène une coalition considérée comme la plus à droite de l'histoire d'Israël.

Nétanyahou réplique

"Les conditions posées par Benny Gantz sont des propos rabâchés dont le sens est clair : la fin de la guerre et la défaite d'Israël", a attaqué Nétanyahou dans un communiqué, accusant son rival de "chercher une excuse pour renverser le gouvernement" et vouloir "la création d'un État palestinien"

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a déjà sommé publiquement le 15 mai le Premier ministre israélien de "préparer immédiatement" une "alternative gouvernementale au Hamas" dans la bande de Gaza, où l'armée a indiqué intensifier ses opérations à Rafah, dans le sud, pour une bataille qualifiée de "décisive" par Nétanyahou.  Le ministre avait dit son opposition à une administration civile ou militaire de la bande de Gaza par Israël. 


Antoine LLORCA avec l'AFP

Tout
TF1 Info